Petites bêtes et microbiome, de nouveaux alliés pour le diagnostic d’épanchement pleural malin ?

Le diagnostic étiologique d’un épanchement pleural malin (EPM) sur l’analyse cytologique n’est pas toujours contributif. Le microbiome pourrait intervenir dans la réponse aux traitements du cancer pulmonaire. Peut-il aider à distinguer les différentes étiologies des EPM ?

Une étude pilote prospective a été menée chez des patients avec un diagnostic prouvé (cytologie ou biopsie) d’EPM. La recherche d’espèces bactériennes dans la plèvre a été effectuée par séquençage de l’ARN 16S.

Trente-huit patients avec un EPM et 9 témoins avec un épanchement pleural bénin (EPB) ont été inclus. Parmi eux, 11 patients étaient atteints d’un adénocarcinome bronchique et 11 d’un adénocarcinome d’origine mammaire. Aucun de ces patients ne présentait d’arguments pour une fistule bronchopleurale. Une différence entre la composition du microbiome pleural a été mise en évidence selon que l’épanchement soit bénin ou malin. Les patients avec un EPM en lien avec un adénocarcinome mammaire avaient une diversité dans leur microbiome plus marquée que les patients avec un adénocarcinome bronchique. De plus, il semblerait qu’Acinetobacter soit davantage présent chez les patients avec un cancer bronchique, tandis que Corynebacterium et Actinobaccilus le soient plus chez ceux avec un cancer mammaire.

Ces résultats préliminaires suggèrent un profil bactérien distinct dans le microbiome des patients avec EPM et EPB. Ils montrent aussi et surtout des différences dans le microbiome selon l’origine du primitif en cas d’EPM. Chez des patients sans sites accessibles pour une biopsie, ces données pourraient être une aide dans la démarche diagnostique. Des analyses à plus grande échelle et sur divers types de cancers responsables d’EPM sont nécessaires pour confirmer de telles données.


Marion Ferreira, service de pneumologie, CHRU Bretonneau Tours

D’après le poster 403 (session A30) : Microbiome profile associations in malignant pleural effusion (A1249)


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2019