Sur la route des thérapies personnalisées dans la BPCO… Y est-on ?

 

Le New England Journal of Medicine publie les résultats négatifs de deux études à propos du benralizumab dans la BPCO.

L’engouement pour la médecine personnalisée est partout et à juste titre. Plusieurs maladies avec une prévalence très forte, asthme, cancer bronchopulmonaire en tête de proue, ont bénéficié des avancées en la matière. La BPCO reste le parent pauvre de cette nouvelle médecine. Les éosinophiles ont évidemment éveillé un certain intérêt. Certains patients avec une authentique BPCO ont « beaucoup » d’éosinophiles… Alors pourquoi ne pas essayer les thérapies ciblées dans la BPCO ? Ainsi, une étude publiée, il y a 5 ans, apportait des résultats encourageants en faveur de l’anticorps monoclonal dirigé contre l’IL5Rα, le benralizumab, chez des patients atteints de BPCO avec plus de 200 éosinophiles par mm3. 1

De ce fait, une étude incluant des patients sélectionnés avec une éosinophilie au-delà de ce seuil était nécessaire. Ce n’est pas une mais deux études qui ont été présentées à l’ATS et publiées simultanément dans le New England Journal of Medicine, appelées TERRANOVA et GALATHEA. Les patients inclus (aux nombres de respectivement 1 545 et 1 120 dans chaque étude) présentaient une BPCO modérée à sévère et 2 exacerbations modérées ou 1 sévère dans l’année précédente malgré une triple ou une double thérapie inhalée. L’objectif principal de réduction du nombre d’exacerbations modérées à sévères chez ces patients avec au moins 220 éosinophiles par mm3 n’est pas atteint (diminution du nombre d’exacerbations modérées à sévères de 0,18 par an, non significatif, dans le meilleur des cas), quel que soit le taux d’éosinophiles, dans l’étude TERRANOVA. Les autres critères ne sont pas concluants non plus (pas de modification de la qualité de vie, du VEMS…). Les résultats de l’étude GALATHEA sont similaires. Une désillusion de plus pour les biothérapies dans la BPCO…


Maéva Zysman, Inserm U955, Team 4, IMRB, Créteil

D’après les sessions B15 : immunotherapy for lung disease et B14 : Late breaking clinical trials


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2019

  1. Brightling CE, et al. Benralizumab for chronic obstructive pulmonary disease and sputum eosinophilia : a randomised, double-blind, placebo-controlled, phase 2a study. Lancet Respir Med. 2014 ; 2 : 891-901.