Baisser le volume par valves : un essai qui va faire du bruit !

L’efficacité de la réduction de volume (RDV) endoscopique par valves unidirectionnelles chez des patients présentant un emphysème à distribution hétérogène ou homogène a été démontrée par 3 études contrôlées. Des études précédentes ont montré que le prérequis pour obtenir un bénéfice fonctionnel est l’absence de ventilation collatérale (VC) entre le lobe traité et les lobes adjacents. Les résultats d’une nouvelle étude contrôlée ont été présentés au cours d’une séance de communications orales. 

Dans cette étude prospective multicentrique internationale appelée TRANSFORM, 273 patients (VEMS < 45 % th et VR > 180 % th) avec emphysème hétérogène ont été évalués par le système Chartis pour la présence ou non d’une VC. Parmi eux, 97 patients sans VC (VC-) ont été tirés au sort 2 :1 pour un traitement unilatéral par valves endobronchiques (n = 65) ou une prise en charge standard (n = 32). Le critère de jugement principal était le pourcentage de patients ayant dans chaque groupe un gain de VEMS > 12 % (différence minimale cliniquement significative par rapport à la valeur de base) à 3 mois. En intention de traiter, chez 81 patients ayant atteint les 3 mois de suivi, le critère principal de jugement était rempli chez 55 % des patients dans le groupe valves vs 6,5 % dans le groupe contrôle (p < 0,001). Une différence cliniquement et statistiquement significative en faveur du groupe valves a été également observée à 6 mois avec l’index de qualité de vie (SGRQ), la distance parcourue au TM6 et la baisse du VR. Les effets secondaires principaux détectés au cours des 6 premiers mois ont été : pneumothorax, exacerbation de BPCO et pneumonie (21,5 % vs 0 %, 9,2 % vs 6,3 %, 9,2 % vs 3,1 % dans le groupe valves et le groupe contrôle, respectivement). La majorité des effets secondaires a été observée pendant le premier mois suivant la procédure.

Un patient est décédé dans le groupe valves dans les suites d’un pneumothorax et aucun dans le groupe contrôle.

Cette nouvelle étude contrôlée prospective, qui est la première étude multicentrique sur le sujet, vient confirmer les résultats antérieurs, à savoir que la RDV par valves apporte un bénéfice fonctionnel chez des patients avec emphysème hétérogène sans VC. Il importe d’informer les patients que le bénéfice n’est pas observé dans tous les cas et que des risques sont encourus.


Herve Mal, hôpital Bichat, Paris

D’après la communication de SV Kemp, session C 95. Am J Respir Crit Care Med 2017;195:A6740.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2017