Biothérapies dans l’asthme : 3 biomarqueurs, plusieurs possibilités…

tete-ATS2016V

 

Comment identifier les patients répondeurs aux biothérapies ? Le dosage de plusieurs biomarqueurs est une solution à explorer.

L’éosinophilie sanguine prédit la réponse aux anti-IL-5, la périostine la réponse au lebrikizumab (anti-IL-13). La dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4), protéine de membrane impliquée dans la co-stimulation des lymphocytes T, est également sécrétée par les cellules épithéliales bronchiques sous l’action de l’IL-13, et inhibée par les corticoïdes, ce qui en fait un marqueur potentiel d’une activation de la voie de l’IL-13.

Dans une étude de phase IIb testant le tralokinumab, un autre Ac anti-IL13, un taux de DPP-4 élevé était en effet la variable la plus fortement associée à l’amélioration du VEMS et du contrôle de l’asthme, supérieure à la périostine pour prédire la réponse au traitement.

La valeur prédictive de DPP-4 a également été testée dans une analyse post-hoc d’une autre étude de phase IIb, étudiant cette fois le benralizumab (Ac anti-IL-5R). Le taux de DPP-4 n’est pas corrélé à l’éosinophilie sanguine à l’inclusion, ni au taux de périostine, ce dernier est en revanche corrélé de façon linéaire à l’éosinophilie. La réduction des exacerbations est associée à une éosinophilie > 300/mm3, un taux bas de périostine et un taux bas de DPP-4. Parmi les patients avec éosinophilie > 300 mm3, la réduction du nombre d’exacerbations est supérieur à 50 % si le taux de DPP-4 est bas, et seulement de 10 % si le taux de DPP-4 est élevé. Parmi les patients avec éosinophilie < 300 mm3, on observe une réduction des exacerbations uniquement si le taux de DPP-4 est bas. Curieusement, l’amélioration du score de contrôle est plutôt associée à un taux élevé de DPP-4.

Par conséquent le taux de DPP-4 permettrait d’identifier les patients répondeurs au benralizumab lorsqu’il est bas, et les répondeurs au tralokinumab lorsqu’il est élevé. La combinaison de plusieurs biomarqueurs sera sans doute une solution à explorer pour mieux guider le choix d’une biothérapie.


Camille Taillé

D’après la communication de K. Ranade « DPP-4 is a novel predictive biomarker for the investigational anti-IL-13 targeted therapy tralokinumab », A4332 et de P. Newbold « High blood eosinophil concentrations and serum biomarkers of low IL-13 pathway activation at baseline predict exacerbation rate reduction by benralizumab for patients with moderate to severe asthma », A4351. Session B101 Phenotyping asthma in the era of biomarkers and omics.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2016