Bonne tolérance du méthotrexate dans la sarcoïdose

Le méthotrexate est utilisé pour le traitement des atteintes sévères de la sarcoïdose et/ou à visée d’épargne cortisonique. Il s’agit le plus souvent de formes chroniques avec une durée de traitement d’au moins à 18 mois. 

Dans les traitements prolongés, les deux principaux effets secondaires étaient la leucopénie et la cytolyse hépatique qui pouvaient dans certains cas conduire à l’arrêt du traitement.

Cremers et al. ont identifié 1 606 patients traités par méthotrexate pour une sarcoïdose dans leur cohorte. Parmi ceux-là, 607 avaient des bilans trimestriels (572 pour la NFS et 587 pour les transaminases). Plus de la moitié des patients recevaient une corticothérapie.

Une leucopénie inférieure à 3 800/mm³ était constatée chez 11,9 % des patients et était le plus souvent réversible lors de la diminution des doses. Les patients afro-américains sont significativement plus représentés dans cette population (56 %).

Une cytolyse hépatique était présente chez 12,8 % des patients et dans de rares cas (1,8 %) supérieure à 3N. Aucun facteur associé à la cytolyse n’était retrouvé mais les données sur le surpoids et les traitements concomitants sont manquantes. La cytolyse survenait dans plus de la moitié des cas 3 mois après le début du traitement, soulignant l’importance de répéter les bilans.

 

 

 


Diane Bouvry d’après la communication de J.P. Cremers (Maastricht, Pays-Bas) et al. Publication A4077 Methotrexate induced leukopenia and liver test abnormalities in sarcoidosis
Session C25 Thunderball : speeding forward our understanding of sarcoidosis

    


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2014