BPCO : chanter pour mieux respirer ?

L’amélioration de la qualité de vie est un souci constant dans la prise en charge des maladies chroniques. De nombreux patients atteints de BPCO souffrent non seulement de handicap physique et d’une diminution globale de leurs activités, mais aussi d’une désocialisation aggravant les phénomènes dépressifs de plus en plus souvent rapportés dans la littérature.
Un poster présenté par une équipe de Londres complète une étude publiée, il y a deux ans sur une méthode originale d’amélioration de la qualité de vie. 1Trente-deux patients atteints de BPCO ont été randomisés en aveugle en un groupe bénéficiant d’un cours de chant deux fois par semaine et un groupe allant voir un film par semaine. Ce travail était poursuivi sur huit semaines. Dans les deux groupes, on constate une amélioration des paramètres psychologiques du SF36 de l’anxiété et de la dépression. Le groupe « chant » s’améliore aussi sur les éléments physiques du SF36, mais il n’y a pas de différence concernant les éléments objectifs de mesure de la ventilation ou de l’activité physique. Sur un plan plus subjectif, les patients « chanteurs » rapportaient un meilleur contrôle de leur ventilation pendant le chant. Sans faire chanter tous nos patients, ce travail montre une approche originale d’amélioration de la qualité de vie et montre que les activités de groupe sont appréciées et efficaces sur certains paramètres.

 

 

 

 


Sandrine Pontier-Marchandise d’après un poster de Lord VM, et al., Londres. « Effects of ”Singing for Breathing” in Patients with Chronic Obstructive Pulmonary Diseae (COPD) – A Randomised Controlled Trial ».

 

 

  

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2012

  1. Lord VM, et al. BMC. Pulm Med 2010 ; 10 : 41.