BPCO : « move your body » !

La réhabilitation respiratoire est un des éléments fondamental du traitement de la BPCO. Martijn Spruit (Pays-Bas) l’a rappelé, aujourd’hui, en faisant une revue complète de la littérature de l’année passée.

Il est intéressant de voir que l’amélioration de la qualité de vie et de l’activité rapportée par nos patients est sous-tendue par une modification substantielle du muscle, avec diminution des fibres IIb et augmentation du ratio capillaires/fibres dans les biopsies. Ces éléments sont retrouvés quel que soit le stade de BPCO et permettent d’appuyer l’intérêt de ce traitement dès le stade II de la maladie jusqu’au stade IV [1]

De même, une étude Cochrane [2] a rassemblé les données de neuf travaux randomisés et contrôlés montrant que la réhabilitation respiratoire est non seulement faisable pendant ou immédiatement au décours d’une exacerbation de BPCO, mais aussi qu’elle est efficace, puisqu’elle permet de diminuer significativement les hospitalisations et la mortalité et d’améliorer la qualité de vie.

Le maintien de l’activité physique au long cours reste un challenge avec pour le moment des barrières multiples et difficiles à identifier, surtout chez les patients les plus sévères [3].

 

[1] Vogiatzis, et al. Chest 2011.

[2] Puhan, et al. Cochrane DatabaseSystRev. 2011

[3] Soicher, et al. Eur Respir J 2012

 

 

 

 


Sandrine Pontier d’après une communication de Martijn Spruit, Pays-Bas

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2012