Dépistage du cancer bronchopulmonaire par scanner : pas si simple en pratique

tete-ATS2015-2

Le dépistage du cancer bronchopulmonaire semble aujourd’hui une réalité aux États-Unis. Une expérimentation est menée chez les vétérans de l’armée américaine sur huit sites. Les trois intervenants avaient pour objectifs :

  1. —> de nous montrer les difficultés d’organisation et de coordination rencontrées durant les 2 ans de l’étude,
  2. —> de décrire les stratégies à mettre en place pour améliorer la communication avec le patient,
  3. —> de rapporter les données des entretiens téléphoniques mis en place pour encourager l’arrêt du tabac. Les patients à risque étaient sélectionnés dans les fichiers du Veterans Affairs selon les facteurs de risque connus. Les patients recevaient une brochure d’informations sur le dépistage et une proposition d’arrêt du tabac. Les auteurs ont insisté sur les difficultés logistiques nombreuses… Les données générées vont permettre de simuler la surcharge de travail liée au dépistage pour l’équipe médicale et d’améliorer les systèmes informatiques de suivi des patients. G.G. Slatore a insisté dans sa présentation sur le concept de processus de décision partagée (shared decision making), permettant d’améliorer la compréhension du patient vis-à-vis des images obtenues et de limiter le stress et l’anxiété liés au dépistage.

Pierre-Yves BRILLET

D’après les communications de la session L5: Lung cancer screening in the VA


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2015