Dépistage du cancer pulmonaire par TDM : ça tourne rond chez nos voisins

Le succès de l’étude NLST de dépistage du cancer bronchopulmonaire par TDM nécessite d’être confirmé (diminution de la mortalité par cancer pulmonaire de 20 % en cas de dépistage). Les résultats finaux de la cohorte européenne Nelson devraient bientôt être dévoilés et les données initiales sont conformes aux prédictions.

L’étude Nelson est la plus large cohorte européenne incluant 15 822 participants suivis pendant 5,5 ans. L’étude a commencé en 2003 et les résultats finaux devraient être dévoilés en 2015. Les patients étaient suivis par TDM à 1, 2, puis 2,5 ans en cas de négativité. La force de l’étude est d’augmenter la spécificité du dépistage par un calcul du volume du nodule (positif si > 500 mm3) et du temps de doublement (positif si < 400 jours) à l’aide de logiciels spécifiques. Ces critères stricts permettent de diminuer les patients classés positifs (n = 493). Les premiers résultats sont conformes aux prédictions avec 200 cancers dépistés (2 %) ce qui donne un taux relativement bas de faux positifs autour de 60 %. Les cancers sont dans 51 % des adénocarcinomes, et 70 % sont diagnostiqués à un stade I (résultats publiés récemment : Am J Respir Crit Care Med 2013 ; vol. 187(8) : 848-54). C’est un bon début !

 

 


Pierre-Yves Brillet, d’après les communications de N. Horeweg, Rotterdam/NL : — Characteristics of lung cancers detected by computer tomography screening in the randomized NELSON trial. Am J Respir Crit Care Med 187 ; 2013 : A2342. — Participants’ results of three rounds of the randomised dutch-belgian lung cancer screening trial ; a volumetry-based computer tomography screening strategy, [Publication page : A2344]. Am J Respir Crit Care Med 187 ; 2013 : A2344. Session B16 « Improving screening for lung Cancer. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2013