Essai de phase 3 réussi pour le dupilumab dans l’asthme : que fait-on des éosinophiles ?

 

Le dupilumab est un anticorps monoclonal ciblant le récepteur alpha de l’IL-4, bloquant l’activité de l’IL-4 et de l’IL-13, développé dans la dermatite atopique et dans l’asthme. Les résultats très attendus de l’étude de phase 3, LIBERTY ASTHMA QUEST, étaient présentés ce jour.

L’étude multicentrique a enrôlé 1902 patients randomisés pour recevoir soit le dupilumab à la dose de 200 mg ou 300 mg tous les 15 jours, soit un placebo. L’âge moyen était de 48 ans (± 15 ans). Cinq pour cent des patients avaient entre 12 et 18 ans. Les patients étaient inclus sur des critères de mauvais contrôle de l’asthme malgré un traitement par corticoïdes inhalés à dose moyenne à forte associé à un ou deux autres traitements de fond, sans critère d’éosinophilie. Le score ACQ5 moyen était à 2,71 et le taux annuel d’exacerbation de 2,07 par an. Quarante-deux pour cent des patients avaient une éosinophilie sanguine à l’inclusion supérieure à 300/mm3.

Le traitement par dupilumab, 200 et 300 mg, a entraîné une réduction de 48 et 46 % des exacerbations sévères (p < 0,001). Cet effet était plus important chez les patients présentant plus de 300 éosinophiles/mm3 à l’inclusion, avec une réduction des exacerbations de 66 et 67 % par rapport au placebo (p < 0,001). Une amélioration notable du VEMS, de 320 et 340 ml de plus que le placebo, a été observée dès la deuxième semaine de traitement avec les deux doses de traitement. Là encore, l’effet était plus important chez les patients éosinophiles.

Les effets secondaires graves étaient observés dans la même proportion (environ 8 %) quel que soit le traitement reçu. Les plus fréquents étaient les infections respiratoires et les réactions au point d’injection. Les hyperéosinophilies sanguines n’étaient pas mentionnées dans le poster car elles concernaient moins de 10 % des patients.

Au total, le dupilumab réduit de manière significative les exacerbations sévères dans l’asthme modéré à sévère non contrôlé et améliore de façon notable et rapide le VEMS. L’effet du traitement est observé dans toute la population de l’étude mais est plus important chez les patients éosinophiles.

Ces données suggèrent que ce traitement pourrait être utile dans l’asthme sévère indépendamment de l’éosinophilie sanguine, remettant en question les stratégies thérapeutiques actuelles.


Camille Taillé, service de pneumologie et Centre de Référence-C des Maladies Pulmonaires rares, hôpital Bichat, Paris

D’après la Session A101 Mechanisms and clinical features of severe asthma. D’après la communication de M. Castro : A Randomized, Controlled Phase 3 Study, LIBERTY ASTHMA QUEST, Evaluating the Efficacy and Safety of Dupilumab in Uncontrolled Moderate-to-Severe Asthma A7700.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018