Étude AZALEA : l’azithromycine peut-elle diminuer la durée d’une exacerbation d’asthme ?

tete-ATS2016V

 

Les virus et les germes atypiques sont largement impliqués dans les exacerbations d’asthme. L’azithromycine, efficace sur les germes intracellulaires et la réplication du rhinovirus in vitro, serait susceptible de réduire la durée des exacerbations.

Une étude randomisée a été donc été conduite dans 31 centres britanniques chez 199 patients adultes asthmatiques. Tout patient se présentant en exacerbation d’asthme ayant débuté moins de 48 heures auparavant, recevait soit 500 mg par jour d’azithromycine pendant 3 jours, soit un placebo, associé au traitement usuel par corticoïdes et bronchodilatateurs. Les scores de symptômes étaient identiques dans les 2 groupes à J5 et J10, de même que le score de qualité de vie et le VEMS. Le temps mis pour réduire le score de symptômes de 50 % par rapport à l’inclusion n’était pas modifié par le traitement.

Alors que 96 % des patients avaient bénéficié d’un prélèvement nasal pour une recherche de virus et de germes atypiques par PCR, ceux-ci n’ont permis d’isoler un virus que chez 18 % des cas et un germe atypique dans 4,5 %. Cette proportion anormalement basse est probablement liée au pourcentage élevé de patients exclus de l’étude pour avoir reçu des antibiotiques dans les quatre semaines précédant l’inclusion.

Malgré un rationnel solide, l’étude montre donc que l’ajout d’azithromycine ne modifie pas l’évolution d’une exacerbation d’asthme. Il n’y a donc pas de raison actuellement pour modifier les recommandations sur la prise en charge de l’exacerbation qui, rappelons-le, ne recommandent pas la prescription d’antibiotiques dans cette indication.


Camille Taillé

D’après la communication de S.L. Johnston « A randomised, double-blind, placebo-controlled study to evaluate the efficacy of oral azithromycin (500 mg OD) as a supplement to standard care for adult patients with acute exacerbations of asthma (the AZALEA trial). A6485. Session D21 « Asthma treatment : glucocorticoids, biologicals and beyond »


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2016