Exacerbations de BPCO : la grande faucheuse…

 

Les exacerbations aiguës de BPCO semblent retentir sur le cours de la maladie et seraient associées à un moins bon pronostic. Une large étude britannique analysant les bases de données des médecins généralistes montre un impact majeur sur la mortalité.

Rothnie KJ et al. ont présenté les résultats d’une large étude de cohorte réalisée dans 714 cabinets de médecine générale anglais totalisant 120 334 patients atteints de BPCO qui ont été suivis de janvier 2004 à mars 2015. Les auteurs ont regardé l’effet du nombre d’exacerbations modérées, traitées en ville, et du nombre d’exacerbations sévères, hospitalisées, lors de la première année de suivi. Un peu plus de la moitié de la cohorte n’a pas présenté d’exacerbation lors de cette première année de suivi. Chez les autres patients, le risque relatif de mortalité augmentait avec le nombre d’exacerbations modérées. En particulier, on retrouvait un risque relatif de mortalité multiplié par 2 chez les patients ayant présenté au moins 5 exacerbations modérées ainsi chez que ceux ayant été hospitalisés pour exacerbation sévère lors de la première année de suivi.

Cette très large étude réalisée en médecine générale vient totalement confirmer les résultats des études menées en milieu pneumologique sur des cohortes de plus faibles effectifs. Elle confirme notamment l’impact majeur des exacerbations sur l’histoire naturelle de la BPCO.


Stéphane Jouneau, CHU de Rennes, Rennes

D’après la communication orale de KJ Rothnie, Grande-Bretagne, Am J Respir Crit Care Med 2017: 195, PA2888: Acute Exacerbations of COPD: Clinical History and Effect of Frequency and Severity on Risk of Death ; session B15 : COPD Exacerbations and Readmissions


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2017