Fibrose pulmonaire : y’a comme un os…

 

L’ossification pulmonaire diffuse fait référence à la formation d’os mature au sein du parenchyme pulmonaire. Cette anomalie se traduit au scanner par des micronodules calcifiés (forme nodulaire, typiquement dans les formes idiopathiques ou dans les pathologies mitrales) ou qui peuvent être branchés (forme dendriforme, typiquement en cas de fibrose pulmonaire idiopathique). Ces ossifications sont plus fréquentes en cas de fibrose pulmonaire idiopathique que dans les autres PID fibrosantes. 1  Elles sont rapportées chez plus d’un quart des patients dans la dernière étude publiée sur le sujet, mais leur signification reste inconnue (quelques cas de pneumothorax rapportés dans les formes idiopathiques). La métaplasie osseuse serait secondaire à l’hypoxie responsable de modifications locales d’acidité, avec un possible rôle du TGFβ.

Les auteurs ont analysé les données cliniques et pronostiques associées à la présence d’ossifications de 156 patients ayant une pneumopathie interstitielle diffuse. Pour les auteurs, la présence de calcifications serait de mauvais pronostic. On attendra pour en savoir plus…


Pierre-Yves Brillet, hôpital Avicenne, Bobigny

D’après la communication A1577 – Dendriform pulmonary ossification in interstitial lung disease. J. R. Castaneda Nerio.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2017

  1.  Egashira R, Jacob J, Kokosi MA, Brun AL, Rice A, Nicholson AG, Wells AU, Hansell DM. Diffuse pulmonary ossification in fibrosing interstitial lung diseases : Prevalence and Associations. Radiology 2017 (sous presse).