Quel rapport entre le statut sérologique pour Helicobacter pylori et les exacerbations de BPCO ?

tete-ATS2016V

S.W. Ra (Ulsan, République de Corée) a présenté les résultats d’une étude rétrospective qui évalue l’influence d’Helicobacter pylori (HP) sur l’efficacité d’un traitement par azithromycine dans la BPCO.

Cette étude a inclus 1003 patients BPCO (âge moyen : 66 ans, VEMS moyen : 39 %, 60 % bénéficient d’une oxygénothérapie au long cours). Les exacerbations sont enregistrées chaque mois, au cours d’une visite ou d’un contact téléphonique. La sérologie HP et un marqueur biologique de la réponse immunitaire Th1 (sTNFR75, soluble tumor necrosis factor receptor 75) sont dosés à l’inclusion à 3 et 6 mois. Ils ont bénéficié d’un traitement par azithromycine ou placebo.

Des patients (17,8 % [179/1003]) ont une sérologie Helicobacter pylori positive (groupe HP +). Leur âge, la gravité de la BPCO ou le dosage initial des biomarqueurs sont identiques. En revanche, dans le groupe HP+ , il y a trois fois plus de non Caucasiens.

La première exacerbation survient d’abord dans les groupes HP+ et HP- sous placebo puis dans le groupe HP- traité par azithromycine (p = 0,02) et significativement plus tard dans le groupe HP + traité par azithromycine (p = 0,04).

Le nombre d’exacerbations suit la même répartition : 1,9 exacerbations par an en moyenne dans les groupes HP+ et HP- sous placebo contre 1,5 dans le groupe HP- traité par azithromycine et 1,2 dans le groupe HP + traité par azithromycine.

Le risque de survenue d’une exacerbation diminue de 23 % dans le groupe HP- traité par azithromycine (OR 0,77 [065-0,91]) et de 40 % dans le groupe HP + traité par azithromycine (OR 0,60 [0,43-0,83]).

Chez les patients HP+ , le titre d’anticorps anti-HP diminue au cours de l’année, qu’ils reçoivent ou non l’azithromycine. Le taux de sTNFR75 est stable à 3 et 12 mois sauf dans le groupe HP+ traité par azithromycine où il diminue significativement à 3 mois avant de revenir aux précédentes valeurs après l’arrêt du traitement antibiotique.

En conclusion, l’azithromycine prévient plus efficacement les exacerbations chez les patients BPCO HP +. Cette étude suggère que l’azithromycine n’agirait pas en éradiquant HP mais en modulant la réponse immune et en diminuant la réponse polarisée Th1 induite par l’infection chronique à HP. On peut s’interroger quant à l’intérêt d’un dépistage ou d’une éradication systématique d’HP chez les patients BPCO exacerbateurs.


Marjolaine Georges

D’après la communication de SW Ra (Ulsan – République de Corée). Am J Respir Crit Care Med 2016, 193 : PA1017, session A15 : Emerging data on COPD exacerbations.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2016