Hypertension pulmonaire : faut-il faire des cathétérismes cardiaques droits après 75 ans ?

tete-ATS2016V

 

L’accès aisé à l’échographie cardiaque a entraîné la découverte de plus en plus fréquente d’hypertensions pulmonaires (HTP) chez les sujets âgés, soulevant la question du rapport bénéfice/risque du cathétérisme cardiaque droit chez ces patients.

Une équipe française (Centre de compétence de l’hypertension pulmonaire Rhône-Alpes, Hospices civils de Lyon) a tenté de répondre à cette question en évaluant les complications liées à la réalisation d’un cathétérisme cardiaque droit chez les patients âgés de plus de 75 ans ainsi que les implications thérapeutiques qui en découlaient.

Sur la période 2010-2014, 1 060 cathétérismes cardiaques droits ont été réalisés dans ce centre. L’âge médian des patients était de 66 ans (min-max 18-94 ans) et 228 (21,5 %) cathétérismes avaient été réalisés chez des patients de plus de 75 ans. La moitié des patients ont bénéficié d’un cathétérisme par voie humérale et l’autre moitié par voie fémorale. Des complications sévères ont été rapportées dans 9 (0,9 %) cas (8 lésions vasculaires locales et 1 œdème pulmonaire) : 3 (1,3 %) de ces complications étaient survenues chez les patients de > 75 ans contre 6 (0,7 %) dans le reste de la population (p = 0,5). L’âge, le sexe, l’indice de masse corporelle ou les comorbidités n’étaient pas significativement associés au risque de survenue de ces complications. Par contre, toutes ces complications sont survenues lors de procédures réalisées par voie fémorale (OR : 64,1 ; p < 0,001).

Parmi les 228 cathétérismes réalisés chez les patients âgés de plus de 75 ans, 97 (42,5 %) correspondaient à un bilan initial pour suspicion d’HTP. Il est intéressant de noter que la répartition des profils hémodynamiques au diagnostic était similaire entre les 2 groupes (< ou > 75 ans), soit 60 % d’HTP précapillaire, 10 % d’HTP post-capillaire, 6 % d’HTP mixte et 20 % d’examens normaux.

Sur l’ensemble des 228 cathétérismes réalisés au diagnostic ou dans le suivi chez les patients âgés de plus de 75 ans, seuls 3,5 % des examens n’avaient pas eu d’implication thérapeutique.

Cette étude montre l’importance de ne pas renoncer à réaliser des cathétérismes cardiaques droits chez les sujets âgés de plus de 75 ans en cas de suspicion d’hypertension pulmonaire, le taux de complication étant faible et l’impact thérapeutique important. Néanmoins, il est évident qu’il s’agit d’une population « sélectionnée » adressée à un centre de référence qu’il est difficile d’extrapoler à tous les sujets âgés. Cette étude démontre aussi l’impact négatif de l’accès par voie fémorale pour les cathétérismes cardiaques droits, cette voie devant être évitée autant que possible.


David Montani

D’après Ginoux M, et al. B55 reason to believe : clinical PH studies. P92


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2016