« J’ai les boules Docteur… ou c’est juste un nodule pulmonaire bénin ? »

tete-ATS2016V

 

La découverte d’un nodule pulmonaire (NP) est banale lors d’un scanner thoracique chez un sujet tabagique (État-Unis : 1,6 million par an) induisant un stress pour lui et des interrogations pour son clinicien dans la prise en charge du nodule au-delà des critères TDM de la Fleischner Society. De nouveaux outils peu invasifs pourraient bientôt venir nous aider en routine.

Selon l’évaluation du clinicien, le NP était classé à risque élevé, intermédiaire ou faible. Dans ces derniers cas incertains, il est parfois envisagé si la bronchoscopie n’est pas contributive soit une surveillance, soit souvent d’autres explorations invasives voire une chirurgie diagnostique. Pour éviter cela, il était proposé dans deux essais successifs (AEGIS-1 et 2 ; 639 sujets) un petit brossage bronchique d’un tronc souche en bronchoscopie, permettant une analyse génomique des cellules épithéliales (set de 23 gènes influencés par le tabac). Très sensible (89 %) mais moyennement spécifique (47 %), ce test avait une valeur prédictive négative de 91 % chez les 101 patients avec une estimation clinique intermédiaire de cancer et une bronchoscopie diagnostique non contributive. Cela pourrait éviter de nombreux examens et chirurgie inutiles pour un NP bénin, surtout dans le dépistage du cancer pulmonaire.

Le même test génomique est évalué, chez des sujets tabagiques avec un NP, sur des cellules épithéliales obtenues par brossage nasal. Il pourrait fournir les mêmes informations que les cellules bronchiques mais de manière très peu invasive. Un test protéomique complémentaire est également en cours de validation.


Arnaud Scherpereel

D’après

— A Vachani, et al. Modeling the utility of a bronchial genomic classifier on procedure utilization in patients with suspected lung cancer. A30 session : Advances in lung cancer screening and pulmonary nodule assessment. AJRCCM 2016 ; 193 : A1287.

— A Spira. K3 session – ATS 2016 Keynote series : Lung Cancer detection and prevention in the precision medicine era.

— NT Tanner, et al. Use of a plasma proteomic biomarker in addition to clinician pretest probability in pulmonary nodules with intermediate risk of malignancy improves nodule risk assessment. B14 session : High impact late-breaking clinical trials. AJRCCM 2016 ; 193 : A2862.

Silvestri GA, et al. A Bronchial genomic classifier for the diagnostic evaluation of lung cancer. N Engl J Med. 2015 ; 373 (3) : 243-51.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2016