La marche : la réhabilitation du pauvre… mais ça marche !

L’accès aux programmes de réhabilitation utilisant des équipements de musculation reste limité par la capacité d’accueil insuffisante des structures de réhabilitation et le coût des appareils. Comme alternative un programme basé sur la marche intense supervisée peut être proposé. 

Cent quarante-trois patients atteints de BPCO modérée à sévère (VEMS moyen : 43 % de la valeur prédite), sont randomisés en groupe « intervention » et groupe « soins courants ». L’intervention consiste en deux à trois séances par semaine d’au moins 30 minutes de marche sur terrain plat, à une vitesse d’au moins 80 % de la vitesse mesurée au test de marche de 6 minutes à l’inclusion, pendant 10 semaines. La marche doit être suffisamment intense pour générer une dyspnée d’au moins 3-4 sur l’échelle de Borg. À défaut le patient est encouragé à accélérer son allure de marche. En cas de limitation à la marche (douleurs articulaires ou artéritiques), le patient poursuit à même allure en portant des poids à la ceinture pour augmenter l’intensité de l’effort. Les résultats montrent une amélioration statistiquement significative de la distance au test navette (+ 22 m) et du temps d’endurance (206 secondes) et une amélioration de la qualité de vie (-6 points au questionnaire de Saint-Georges) dans le groupe intervention par rapport au groupe contrôle. Les auteurs proposent d’étendre cette expérience à plus de patients, et de compléter le programme d’un accompagnement éducatif pour amener les patients à adhérer à la pratique de la marche intense au quotidien et à long terme pour maintenir les bénéfices acquis.

La marche apparaît comme une modalité de réentraînement efficace si elle est suffisamment intense, simple, peu coûteuse, réalisable à domicile et au long cours.

 

 


Anne Guillaumot d’après la communication de S. Wootton, et al. (Litcombe, Australia) Publication A4162 Ground walking training in chronic obstructive pulmonary disease : a randomised controlled trial
Session C29 : Muscles, exercise assessment, and rehabilitation

  


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2014