La PPC : un nouveau traitement de l’asthmatique non apnéique ?

tete-ATS2015-2

Les premiers résultats encourageants de précédentes études ont conduit à la réalisation d’un essai contrôlé randomisé visant à tester les effets de la PPC versus placebo (Sham PPC) sur la réduction de l’hyperréactivité bronchique (HRB) de sujets asthmatiques.

Les auteurs ont ainsi inclus près de 200 patients dans une étude clinique de 12 semaines, répartis entre trois bras parallèles caractérisés par le niveau de PPC utilisé : un bras dont la Sham PPC délivrait une pression de l’ordre de 1 cm d’H2O, un bras dont le niveau de PPC était de 5 cm d’H2O, et un bras dont le niveau de PPC était de 10 cm d’H2O. Il s’agissait de patients non-fumeurs, âgés de 15 à 60 ans, présentant un VEMS prébronchodilatateur supérieur à 75 % th, stables depuis plus de 8 semaines et présentant une HRB caractérisée par une PC20 inférieure à 8 mg/mL. Aucun d’entre eux ne présentait de syndrome d’apnées du sommeil ni de surcharge pondérale au-delà de 35 kg/m2. Le critère principal de jugement était la modification de la PC20 à 12 semaines.

Alors qu’il n’existait initialement aucune différence entre les trois groupes en termes d’âge, de sexe, de poids et d’EFR, et qu’ils étaient porteurs d’un asthme modéré et bien contrôlé (VEMS moyen compris entre 82,7 et 97,9 % th), une augmentation de la PC20 a été observée dans les trois groupes, sans différence significative entre groupes, mais avec une amélioration la plus importante dans le groupe Sham PPC dont l’observance était la plus importante. Il en était de même pour les autres critères cliniques et de contrôle de l’asthme, associés à une réduction significativement plus importante du taux d’éosinophiles dans le sang chez les patients traités par Sham PPC.

Plutôt que d’envisager ce résultat comme négatif, il pourrait être présenté comme le témoin d’une réduction de l’HRB, pour un niveau de PPC le plus faible possible. L’humidification et le réchauffement de l’air inhalé associés à la tension mécanique des voies aériennes occasionnée par cette Sham PPC, avec laquelle l’observance était la meilleure, pourraient être à l’origine de l’amélioration de l’HRB de ces patients. Un sujet à creuser lors de prochaines études…

 


Camille TAILLE
Jean-Claude MEURICE

D’après les communications de la session L1 (Late breaking results for the ALA-ACRC CPAP trial)


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2015