Pirfénidone : faut-il poursuivre le traitement en cas de déclin de la CVF ≥ 10 % ?

tete-ATS2015-2

La pirfénidone permet un ralentissement de la progression de la FPI (fibrose pulmonaire idiopathique). Dans les essais cliniques, l’absence de progression est habituellement définie par un déclin de CVF inférieur à 10 % de la valeur prédite. Cependant, on sait que l’évolution de la CVF au cours de la maladie n’est pas identique entre tous les patients ni chez un même patient. 1.

 

S.D. Nathan, a présenté une analyse post hoc concernant les patients inclus dans les essais ASCEND et CAPACITY (pirfénidone 2 403 mg/jour versus placebo, n = 1 247) 2 3dont la CVF a diminué de 10 % ou plus après 3 mois et/ou 6 mois de traitement (groupe pirfénidone n = 34, groupe placebo n = 68). Ces essais avaient été prévus pour une évaluation à 1 an et les patients, quelle que soit l’évolution de leur CVF au début de l’étude, sont restés affectés à leur groupe de traitement initial.

L’analyse des données des patients de ce sous-groupe après 6 nouveaux mois d’évolution montre une différence en faveur de la pirfénidone versus placebo : proportion moins importante de patients ayant dont la CVF diminue de 10 % ou plus (5,9 % versus 27,9 % ; p = 0,009) et moins de décès (2,9 % versus 20,6 % ; p = 0,018).

Les auteurs suggèrent qu’il existe un bénéfice à poursuivre la pirfénidone même si le déclin absolu de la CVF est supérieur ou égal à 10 % dans les 6 premiers mois de traitement.

Cependant, il s’agit d’une analyse de sous-groupe réalisée a posteriori qui ne permet pas de donner des consignes d’arrêt ou de poursuite du traitement par Esbriet® selon les seules variations de la CVF. Il semble que la poursuite — ou non — du traitement doive aussi intégrer des données cliniques évolutives, les autres paramètres fonctionnels, l’existence d’effets secondaires et prendre aussi en compte les facteurs confondants d’aggravation.

 


Diane BOUVRY

D’après la session  A 15 The long and winding road : expanded analyses of pirfenidone et nintedanib


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2015

 

  1. L.S. Schmidt, Chest, 2014
  2. T.E.King, NEJM 2014
  3. P.W.Noble, Lancet, 2011