Recombinant Human Pentraxin-2 versus placebo : 1-0


G.Raghu (Seattle, États-Unis) a présenté 1 les résultats positifs d’un essai thérapeutique randomisé contre placebo évaluant l’efficacité de la pentraxine-2 recombinée humaine au cours de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), simultanément à la publication dans le JAMA 2

La pentraxine-2 est une protéine circulante qui a montré des propriétés antifibrosantes sur des modèles précliniques en agissant sur différentes voies de signalisation. Elle inhibe en particulier la transformation des monocytes et des macrophages vers un phénotype profibrosant.

PRM-151 est une pentraxine-2 recombinante administrée par voie intraveineuse toutes les 4 semaines après une dose de charge. Ce traitement permet d’augmenter de 6 à 13 fois les concentrations plasmatiques de pentraxine-2.

Les patients inclus avaient une FPI retenue selon les critères ATS 2001 et une altération fonctionnelle respiratoire identique à celle retenue pour les précédents essais thérapeutiques au cours de la FPI (CVF entre 50 et 90 % ; DLCO entre 25 et 90 % ; VEMS/CV > 0,7).

Soixante-dix-sept patients ont été inclus dans le groupe traité et 39 dans le groupe placebo. La quasi-totalité des patients ont terminé l’étude (95,7 %).

L’objectif principal de l’étude était de montrer une différence entre les deux groupes concernant la variation moyenne de la CVF (exprimée en pourcentage de la valeur prédite) entre l’inclusion et après 28 semaines de traitement. Les inclusions étaient stratifiées en fonction de la prise d’autres antifibrosants (pirfénidone, nintedanib).

La distance moyenne parcourue sur le test de marche de six minutes était stable à 28 semaines chez les patients traités alors qu’elle diminuait chez les patients recevant le placebo (-0,5 mètres versus -31,8 mètres, p = 0,001).

Aucune différence n’a été mise en évidence concernant la DLCO et l’évolution des lésions de fibrose en imagerie.

La diminution de la CVF en 28 semaines était significativement moins importante dans le groupe traité par rapport au groupe placebo (2,5 % versus 4,8 %, p = 0,001).

Les effets secondaires principaux dans le groupe recevant le traitement étaient la toux (18 %), la fatigue (17 %), des épisodes de diarrhée (12 %), cependant sans différence significative par rapport au groupe placebo.

Le choix du critère de jugement principal (variation marginale de la CVF et diminution de 10 % de la CVF, critère habituellement retenu dans les essais) et la méthode statistique seront certainement discutés dans les semaines à venir.

Cependant, dans cette étude préliminaire, l’administration de pentraxine-2 semble diminuer le déclin fonctionnel au cours de la FPI. Des essais complémentaires sont nécessaires pour confirmer son efficacité.


Diane Bouvry, service de pneumologie, hôpital Avicenne, Bobigny.


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

  1. Session A2, JAMA and NEJM. Discussion on the edge : reports of recently published pulmonary research. Recombinant Human Pentraxin-2 and Forced Vital capacity in Idiopathic Pulmonary Fibrosis : A Randomized Clinical Trial.
  2. Raghu G, van den Blink B, Hamblin MJ, Brown AW, Golden JA, Ho LA, et al. Effect of Recombinant Human Pentraxin-2 vs Placebo on Change in Forced Vital Capacity in Patients With Idiopathic Pulmonary Fibrosis: A Randomized Clinical Trial. JAMA