Réduction de la mortalité totale chez les patients hospitalisés pour une pneumonie grave

Ajouter un traitement corticoïde à un traitement antibiotique réduit la mortalité, et la durée de traitement en soins intensifs, avec peu d’effets indésirables au regard de ces avantages.
Après avoir antérieurement rapporté dans ces colonnes plusieurs études montrant l’absence de bénéfices — sinon les inconvénients parfois graves — de l’usage banalisé des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des corticoïdes dans les infections respiratoires hautes ou ORL, citons ici un article de La Revue Prescrire qui va dans un sens différent. 1
Il est basé sur une synthèse méthodique ayant recensé les essais rando-misés chez des patients atteints de pneumonie communautaire qui ont comparé : antibiothérapie + corticoïde versus antibiothérapie seule ou + placebo.2 Treize essais ont été recensés, totalisant 1 954 patients adultes, hospitalisés pour une pneumonie communautaire confirmée radiologiquement. Le critère principal d’évaluation a été la mortalité à 30 jours. Dans la majorité des essais, le traitement corticoïde a consisté en une injection intraveineuse équivalente à 40 mg à 50 mg par jour de prednisone pendant 5 jours à 10 jours.3 Dans onze essais totalisant 1 863 adultes atteints de pneumonie communautaire, dont la gravité était variable, la mortalité totale à 30 jours a été d’environ 6 % dans les groupes corticoïdes versus 8 % dans les groupes placebo (p = 0,015).4
En limitant l’analyse aux patients adultes atteints de pneumonie com-munautaire jugée grave selon un score clinique (neuf essais totalisant 995 patients), la mortalité totale à 30 jours a été plus faible chez les patients des groupes corticoïdes : 8 % vers 13 % dans les groupes placebo (différence statistiquement significative).4 Globalement, chez l’ensemble des patients adultes hospitalisés pour une pneumonie com-munautaire, le corticoïde a semblé réduire de 2 à 3 jours le délai de guérison clinique, la durée d’hospitalisation totale et d’hospitalisation en unité de soins intensifs. Ces résultats sont fragiles, commente La Revue Prescrire, du fait d’une grande hétérogénéité entre les essais, mais les résultats sur la mortalité sont convergents, constate-t-elle.


InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

  1. Pneumonies communautaires graves. La Revue Prescrire juin 2019 ; 39 (428) : 450.
  2. Stern A, Skalsky K, Avni T, et al. « Corticosteroids for pneumonia » (Cochrane Review) (dernière version 2017). In : « The Cochrane Library » John WIley and Sons. Chichester 2017 ; issue 12 : 91 pages.
  3. Stern A, Skalsky K, Avni T, et al. « Corticosteroids for pneumonia » (Cochrane Review) (dernière version 2017). In : « The Cochrane Library » John WIley and Sons. Chichester 2017 ; issue 12 : 91 pages.
  4. Stern A, Skalsky K, Avni T, et al. « Corticosteroids for pneumonia » (Cochrane Review) (dernière version 2017). In : « The Cochrane Library » John WIley and Sons. Chichester 2017 ; issue 12 : 91 pages.
  5. Stern A, Skalsky K, Avni T, et al. « Corticosteroids for pneumonia » (Cochrane Review) (dernière version 2017). In : « The Cochrane Library » John WIley and Sons. Chichester 2017 ; issue 12 : 91 pages.