Réduction de volume endoscopique par valves dans l’emphysème homogène : persistance du gain à 6 mois

 

Le bénéfice fonctionnel associé à la réduction de volume pulmonaire (RDV) par l’insertion de valves unidirectionnelles chez des patients emphysémateux a été démontré par 2 études contrôlées récemment publiées. Ces études portaient sur des patients dont la distribution de l’emphysème était hétérogène c’est-à-dire présentant une zone pulmonaire très atteinte contrastant avec une zone moins détruite) et chez qui on ne mettait pas en évidence de ventilation collatérale (VC) entre le lobe traité et le lobe adjacent (VC-). Une étude contrôlée multicentrique (8 centres) appelée IMPACT, publiée à l’automne 2016 a comparé les résultats de la RDV unilatérale par valves à ceux d’une prise en charge standard, chez des patients VC- dont l’emphysème était à distribution homogène 1. L’étude dont le critère principal de jugement était le gain de VEMS à 3 mois dans les 2 groupes était positive avec un gain franc de VEMS par rapport à la valeur de base. Les résultats à 6 mois ont été présentés lors d’une séance de poster/discussion.

On rappelle que 93 patients ont été tirés au sort 1:1 après avoir vérifié en fibroscopie l’absence de VC. Leur VEMS de base et leur volume résiduel étaient situés respectivement à 28 % th et 275 % th. Le bénéfice observé à 3 mois chez les 43 patients du groupe valves (4 valves en moyenne par lobe traité) persiste à 6 mois avec une stabilité du gain de VEMS (différence de VEMS > 100 ml entre les 2 groupes) et de la baisse de VR (différence de plus de 400 ml entre les 2 groupes). A 6 mois, 87 % des patients traités atteignaient ou excédaient la différence minimale cliniquement significative pour le gain de VEMS (+ 100 ml), la baisse de VR -310 ml), le gain de distance parcourue au TM6 (+ 25 m), ou la baisse du score SGRQ (- 4 points). Il faut garder à l’esprit le fait que la RDV par valves est associée à des risques : aucun décès dans le groupe traité mais effets secondaires sérieux observés tels que 25 % de pneumothorax, exacerbation de BPCO nécessitant l’hospitalisation, déplacement de valves… Ces données suggèrent le fait que la RDV par valves aura aussi sa place dans la prise en charge des emphysèmes homogènes.


Hervé Mal, hôpital Bichat, Paris

D’après la communication de DJ Slebos, session A101 Slebos DJ et al. Am J Respir Crit Care Med 2017, 195 : A5719


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2017

  1. Valipour A et al. Am J Respir Crit Care Med 2016, 194 : 1073