Réhabiliter oui, mais en rythme !

tete-ATS2015-2

La dyspnée, la fatigue et l’anxiété sont des symptômes fréquemment ressentis au cours de la réhabilitation respiratoire par les patients BPCO et sont susceptibles de limiter l’efficacité de ce traitement. Diminuer ces perceptions désagréables en distrayant l’attention des patients pourrait améliorer leur performance.

Lee et coll ont présenté les résultats d’une méta-analyse incluant 13 études utilisant dans le groupe interventionnel une distraction auditive : les patients ont écouté un morceau de musique préenregistré choisi selon leur préférence.

Cinq études ont utilisé cette technique au cours des séances d’entraînement : on constate une augmentation significative de la distance de marche (+94 m en moyenne) avec une dyspnée et une fatigue ressenties comme moindres, la qualité de vie est également améliorée. Cinq autres ont évalué cette technique pendant un test d’effort unique : fatigue et dyspnée sont moins ressenties mais on ne constate pas d’influence de la musique sur les performances. Les trois derniers travaux ont étudié l’influence de la musique sur la perception des symptômes au repos sans efficacité.

L’écoute d’une musique agréable réduit efficacement la perception et la peur des symptômes. Distraire l’attention des patients BPCO de leur dyspnée et de leur fatigue a donc un intérêt évident au cours des exercices d’endurance à haute intensité.

 


Marjolaine GEORGES

D’après la communication de A.L. Lee (Toronto) publication A2008, session A55 : Recent developments in pulmonary rehabilitation : broadening the scope.

 


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2015