Syndrome d’apnées du sommeil obstructif et accidents vasculaires cérébraux : encore du nouveau !

Une nouvelle analyse longitudinale concernant l’incidence des accidents vasculaires cérébraux (AVC) associés au SAOS a été présentée à partir des données obtenues dans le cadre de la cohorte américaine Sleep Heart Health Study, 14 ans après le début du suivi des 6 500 patients inclus dans cette étude. 

Cette étude a permis de retrouver la survenue de 229 AVC ischémiques chez 130 femmes et 99 hommes exempts de toute pathologie neurovasculaire, ou de trouble du rythme cardiaque à l’inclusion, chez qui le suivi médian a été de 11,4 années (9,7–12,3) après la réalisation d’un enregistrement polysomnographique initial. L’analyse de la répartition de ces AVC en fonction de la sévérité des troubles respiratoires nocturnes initiaux a été évaluée par quartiles en fonction de l’index d’apnées hypopnées (IAH = 0-4,05 ; 4,05-9,49 ; 9,49-19,34 ; > 19,34), et a permis de retrouver une relation significative entre l’apparition d’un AVC et la gravité des troubles respiratoires nocturnes, indépendamment du statut tensionnel des patients. Ces résultats confirment ainsi le rôle du SAOS dans la survenue de ces complications vasculaires cérébrales en apportant néanmoins des données complémentaires dans la mesure où l’analyse s’effectue ici en termes d’incidence, sur une large population bénéficiant d’une période de suivi prolongé. Par ailleurs, contrairement à ce qui avait été évoqué antérieurement, le risque de survenue de ces complications est identique chez l’homme et chez la femme, permettant d’associer un IAH supérieur à 4 à un risque de survenue d’un AVC deux fois plus important chez la femme, et trois fois plus important chez l’homme, à 5 ans et à 10 ans.

 


Jean-Claude Meurice d’après la communication de S. Bertisch (Boston, USA) et al. Publication A6361 Obstructive sleep apnea and incident stroke : Sleep Heart Health 14-year follow-up Study
Session D98 : Sleep and respiratory neurobiology : high impact science

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2014