Dilatation des bronches et nocardiose : une association à ne pas manquer

L’équipe d’internistes, pneumologues et radiologues de la Mayo Clinic a présenté son analyse issue des examens tomodensitométriques réalisés entre 1998 et 2011 chez 90 patients atteints de nocardiose pulmonaire. Comme toujours, il s’agit évidemment de la plus grande série sur ce sujet.

La nocardiose peut classiquement survenir chez des sujets immunocompétents ou immunodéprimés, et se présenter sous forme de nodules pulmonaires, excavés ou non, ou de condensations parenchymateuses telles qu’on en retrouve dans la plupart des autres pneumopathies bactériennes. La présence de bronchiectasies n’avait jusqu’alors pas été particulièrement remarquée dans cette infection faute d’étude systématique de scanners thoraciques. Cet oubli est réparé puisque l’on dispose désormais des données de la Mayo Clinic d’Arizona, toujours très forte lorsqu’il s’agit de colliger un grand nombre de cas et de décrire précisément les anomalies scannographiques retrouvées dans telle ou telle affection plus ou moins rare. Ici, les scanners de 90 patients non mucoviscidosiques ont été analysés rétrospectivement pour peu que le diagnostic microbiologique de nocardiose ait pu être porté dans l’année entourant la réalisation de l’examen. Les patients étaient immunocompétents dans 54,4 % des cas (21 hommes, 28 femmes) et immunodéprimés dans 45,6 % des cas (24 hommes, 17 femmes). Surprise de cette étude, les principales anomalies tomodensitométriques mises en évidence ont été les bronchiectasies : 16 cas de bronchiectasies isolées et 13 cas de bronchiectasies associées à d’autres lésions parmi les 49 sujets immunocompétents ; 11 cas chez les 41 immunodéprimés. Les autres lésions pulmonaires étaient plus classiques : condensations parenchymateuses chez 19 patients, nodules chez 14 patients, association de condensations et de nodules chez 15 patients. Seuls 2 sujets n’avaient aucune lésion tomodensitométrique. Cette belle série a donc retrouvé des bronchiectasies chez 45 % des patients atteints de nocardiose. Ces bronchiectasies constituaient la seule anomalie thoracique identifiée chez 20 % des patients, notamment les immunocompétents. Cependant, aucune donnée évolutive n’a été fournie lors de cette présentation : on ne sait donc pas comment ces bronchiectasies influencent le pronostic des patients atteints de nocardiose.

 

 


François-Xavier Blanc, d’après la communication affichée de A. Christie (Scottsdale, États-Unis), session D64, «  New insights into mechanisms, complications and outcomes of bronchiectasis » du 23 mai 2012.

 

 

 

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2012