Comment évolue un test de libération d’interféron gamma chez les patients dialysés chroniques ?

La détection d’une infection tuberculeuse latente chez les patients insuffisants rénaux dialysés pose souvent des problèmes. Une équipe de Taipei a eu l’idée de réaliser trois mesures successives de libération d’interféron gamma au cours d’une année de suivi chez 204 patients dialysés depuis au moins trois mois (âge moyen : 61 ans). Le test utilisé était le Quantiferon® TB Gold In-Tube (QFT) réalisé à J0, 6 mois et 12 mois. Les résultats sont intéressants : le test QFT s’est avéré positif chez 45 patients à J0 (22,1 %), dont seulement 24 avaient toujours un test positif à 6 mois et 19 un test encore positif à 12 mois. Les autres patients avaient, pour la plupart, négativé leur QFT ! De même, 16 des 155 patients ayant un QFT initialement négatif ont vu leur résultat devenir positif à 6 mois (dont 2 confirmés positifs à 12 mois). Globalement, les patients ayant vu leur test QFT devenir positif ont eu un taux de négativation ultérieure très élevé (87,5 %) et donc très supérieur aux 20,8 % de patients ayant toujours eu un QFT positif.

Ces données incitent donc à la prudence lors des prises de décision concernant d’éventuelles instaurations de chimioprophylaxie chez les patients dialysés chroniques : peut-être faut-il parfois plutôt prendre le temps de contrôler un test QFT à 6 mois que de se précipiter pour traiter des patients qui auraient de toute façon négativé leur test ?

 

 

 

 


François-Xavier Blanc, d’après la présentation affichée de C.-C. Shu et al. (Taipei). Conversion and reversion of latent tuberculosis infection in dialysis patients. [Publication page : A1656]. Am J Respir Crit Care Med 187 ; 2013. Session A48 « Tuberculosis in vulnerable and special populations ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2013