Prise en charge symptomatique des pleurésies malignes : quels moyens et à quel coût ?

Les pleurésies malignes (MPE) sont fréquentes (un million de cas/an dans le monde) et invalidantes. L’essai clinique randomisé contrôlé britannique TIME2, récemment publié (H. Davies et al, JAMA 2012 ; 307 : 2383-9), a comparé l’intérêt du cathéter pleural tunnellisé (indwelling pleural catheter, IPC) vs un talcage par un drain pleural (talc slurry, TS) dans cette indication.

Ce premier essai randomisé sur 106 patients a permis de conclure que l’IPC est une option thérapeutique palliative efficace et globalement bien tolérée pour l’amélioration de la dyspnée (42 jours après recrutement ; objectif principal) dans les pleurésies malignes récidivantes, en alternative au TS. Dans les critères secondaires de l’étude, on objectivait une hospitalisation beaucoup plus courte pour le bras IPC (0 jour vs 4 jours pour le TS), une persistance de l’amélioration de la dyspnée dans les 2 bras mais avec un avantage pour l’IPC, de même que pour le taux spontané de pleurodèse (51 %) et la nécessité d’un nouveau geste pleural (6 % vs 22 % pour le TS). Cependant, le bras IPC présentait un plus grand nombre d’effets indésirables que le bras TS (40 % vs 13 %), notamment l’obstruction du cathéter ou une infection. Les auteurs, comme les orateurs ce jour, ont donc conclu à la possibilité de proposer l’un ou l’autre de ces traitements symptomatiques des MPE aux patients en tenant compte dans la discussion avec ceux-ci du souhait ou non d’hospitalisation, d’une prise en charge à domicile et des effets indésirables potentiels.

Dans la littérature, la prise en charge par IPC était considérée comme plus chère que le TS pour les MPE. Dans l’essai TIME2, l’étude des coûts a en revanche conclu à une différence non significative du coût total moyen (± SD) entre l’IPC et le TS (3 165 ± 3 505 £ vs 2 904 ± 2 763 £) ; le coût de l’IPC pouvant même diminuer si le prix des bouteilles d’aspiration sous vide diminuait avec la diffusion de ce traitement. En conclusion, les deux procédures sont donc clairement validées dans la prise en charge symptomatique des MPE. Leur place par rapport au talcage lors d’une thoracoscopie reste cependant à préciser par un nouvel essai randomisé.

 

 

 

 


Arnaud Scherpereel, d’après la communication de E.D. Penz et al. Comparing the cost of talc pleurodesis vs. Indwelling pleural catheter for malignant pleural effusions : a detailed cost analysis done alongside a randomized clinical trial. [Publication page : A2152] Am J Respir Crit Care Med 187 ; 2013. Session A102 « Dollars and sense : identifying the costs, utilization and burden of respiratory disease management ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2013