Thérapie cellulaire dans la fibrose pulmonaire idiopathique ?

Thérapie cellulaire dans la fibrose pulmonaire idiopathique ?

La pathogénie de la fibrose pulmonaire idiopathique inclut plusieurs mécanismes. Le fibroblaste est un des acteurs majeurs du développement de la fibrose. [ 1.King T.-E. Idiopathic pulmonary fibrosis, Lancet 2011 ; 378 : 194-61.] Ils sont pathologiques et se regroupent en foyers fibroblastiques jeunes ce qui est une des caractéristiques histologiques de la fibrose pulmonaire commune.

L’origine de ces myofibroblastes pathologiques est multiple. Certains proviennent de la différenciation à partir de cellules-souches pulmonaires (cellules-souches mésenchymateuses).

Un phénotype particulier de cellules mésenchymateuses (cellules ABCG2) a été étudié dans un modèle de fibrose pulmonaire induite par la bléomycine chez la souris. Par rapport au groupe contrôle, les cellules ABGC2 sont diminuées en nombre, et localisées préférentiellement dans les zones de fibrose pulmonaire. Dans l’étude complémentaire in vitro ces cellules-souches expriment des gènes profibrosants et leur modification permet de retrouver un phénotype normal.

Les auteurs ont mis en évidence des cellules ABCG2 au sein des zones de fibrose de poumons humains et suggèrent qu’elles pourraient être une nouvelle cible thérapeutique.

 

 

 

 

 

 


Diane Bouvry d’après la communication de M. Majka, et al. Publication A2468 Resident Mesenchymal Stem Cells Contribute To Remodeling Associated With Pulmonary Fibrosis
Session B18 : Growth stems from within : progenitor cells in lung repair and regeneration

 

 

 

 

    


Retour au sommaire

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2014