Sofosbuvir, source d’hypertension artérielle pulmonaire ? Soyons vigilants !

La Revue Prescrire a remarqué que le profil d’effets indésirables du sofosbuvira été très peu étudié avant sa mise sur le marché.1 Au 18 août 2016, le résumé des caractéristiques (RCP) des spécialités à base de sofosbuvir ne mentionne pas qu’il existe des doutes sur l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) dans les effets indésirables.2 Pourtant, l’Agence française des produits de santé (ANSM) a rapporté sept observations d’HTAP grave chez des patients traités pour une hépatite C par sofosbuvir (Sovaldi®). Trois patients étaient exposés aussi au daclatasvir (Daklinza®) ; un au siméprévir (Olysio®) ; un à la ribavirine (Rebetol® ou autre) ; un au lédipasvir (associé dans Harvoni®) et un à plusieurs antiviraux.3 Plus précisément, Prescrire cite une publication française ayant rapporté trois observations d’hypertension artérielle pulmonaire chez des patients prenant du sofosbuvir, nouvellement diagnostiquée dans deux cas, et aggravée dans un cas. Les patients faisaient des syncopes, et avaient une insuffisance cardiaque droite et des troubles hémodynamiques importants.4 Les trois patients avaient d’autres facteurs de risque d’HTAP : hypertension portale ou infection par le VIH. Une autre équipe française a recensé seize patients exposés à des antiviraux d’action directe sur le virus de l’hépatite C, parmi tous ceux suivis par le centre de référence français pour les HTAP graves.5  Treize patients avaient une HTAP antérieure à l’exposition aux antiviraux, d’autres facteurs de risque et des évolutions peu suggestives du rôle de ces médicaments. Mais pour trois patients, leur rôle est probable ajoute Prescrire. L’HTAP a été diagnostiquée après le début de cette exposition pour tous au sofosbuvir associé avec d’autres antiviraux. Après l’arrêt du traitement, chez un patient qui n’avait pas d’hypertension portale, l’HTAP a disparu, avec persistance de la normalisation neuf mois après et sans traitement de l’HTAP. Chez les deux autres patients, l’HTAP a régressé sous traitement après l’arrêt des antiviraux : résistance vasculaire pulmonaire améliorée de 75 % pour un patient et quasi normalisée pour l’autre. En pratique, La Revue Prescrire invite les cliniciens à être attentifs aux événements survenant au cours des traitements et les notifient.


Info-Respiration N°136 Décembre  2016

  1. Sofosbuvir source d’hypertension artérielle pulmonaire ? La Revue Prescrire octobre 2016 – Tome 36 n° 396.
  2. Prescrire Rédaction « Notice Harvoni® (sofosbuvir + lédipasvir) : quasi-absence d’information sur les effets indésirables » Rev Prescrire 2016 : 36 (389) : 223.
  3. ANSM « Réunion du comité technique de pharmacovigilance, compte rendu de la séance du 15 décembre 2015. Suivi national de pharmacovigilance des spécialités à base de sofosbuvir et daclatasvir Sovaldi, Harvoni Daklinza » 9 janvier 2016 : 18-21.
  4. Renard S, et al. Severe pulmonaryb arterial hypertension in patients treated for hepatitis C with sofosbuvir. Chest 2016 : 149 (3) : 69-73.
  5. Savale L, et al. Direct-acting antiviral medications for hepatitis C virus infection and pulmonary arterial hypertension. Chest 2016 : 150 (1 : 256-8).