Y a-t-il un avantage à être obèse ?

tete-ATS2015-2

 

Alors que la malnutrition est un important facteur de risque de mortalité chez les patients atteints de BPCO, l’effet de l’obésité demeure mal connu.

Une cohorte prospective de patients BPCO a inclus dans 17 hôpitaux français un total de 749 patients BPCO (158 patients avec IMC < 21 kg/m2, 219 avec IMC entre 21-25 kg/m2, 216 avec IMC entre 25-29,9 kg/m2 et 150 avec IMC > 30 kg/m2).

Les patients atteints de BPCO ont une meilleure survie (24,7 %/14,2 %/16,7 %/8,7 % selon l’IMC respectif) alors que la gravité du trouble ventilatoire obstructif est identique (VEMS médian : 38 %/ 54 %/60 %/55 % respectivement) et que les comorbidités cardiovasculaires (fréquence de l’hypertension artérielle : 21 %/33 %/39 %/56 % respectivement) et métaboliques (fréquence du diabète : 2 %/7 %/16 %/26 % respectivement) sont comme attendu plus fréquentes.

D’autres études sont nécessaires pour comprendre ces résultats paradoxaux. S’agit-il de comorbidités sous-diagnostiquées et non traitées chez les patients BPCO à poids normal ?


Marjolaine GEORGES

D’après la communication de P.R. Burgel au cours de la session D35.


Retour au sommaire

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2015