adrénaline à inhaler

Numéro 150 – Avril 2019

Accès abonnés

ÉDITORIAL
Repérage des cancers professionnels : de la responsabilité des pneumologues dans leur prise en charge médicosociale,
Nicolas Postel-Vinay, Jean-Claude Pairon

VIE DE LA SOCIÉTÉ

FFP-CNP de pneumologie : nouvel acronyme pour la pneumologie, Dominique Valeyre, Yves Grillet
Rapports d’activité 2018 des groupes de travail de la SPLF : Gelf, GAT, G2A, Alvéole, J2R, GTP, GTT

DOSSIER SANTÉ AU TRAVAIL

Partie II

Questionnaire de repérage des expositions professionnelles chez les sujets atteints de cancer bronchique primitif,
Jean-Claude Pairon, Léna Tison (En Accès libre)

SANTÉ PUBLIQUE
Où l’on reparle de démographie médicale…Daniel Piperno
Contrebande de cigarettes : Mokhtar Belmokhtar alias « Mister Marlboro », Nicolas Postel-Vinay
Pollution atmosphérique : les normes réglementaires ne prennent pas bien en compte l’évolution des sources ni les facteurs déterminants sur la santé, Gilles Dixsaut

NTIC
Blockchain : comprendre pourquoi ce nouveau terme issu de l’informatique pénètre le vocabulaire médical, Jean-Louis Fraysse

VIGILANCE
Plus de 16 000 professionnels de santé touchés par une fuite de données – Témoin d’une pratique non conforme, lancez l’alerte – Adrénaline à inhaler, retour. Est-ce une bonne idée ?, Info Respiration

CULTURE
Fin de repas !, Jean-Pierre Orlando

LU POUR VOUS
Comparaison e-cigarettes vs substituts nicotiniques : la vape est bien tolérée et permet l’arrêt du tabac avec une meilleure adaptation de la posologie, mais…,
Bertrand Dautzenberg

COMMUNIQUÉS DE PRESSE
Mardi 7 mai 2019, Journée mondiale de l’asthme 2019  –  StallergenesGreer lance en France « Ordo Izzy »  –  Quatre académies, deux pays autour d’un projet commun dans la lutte contre la tuberculose

Adrénaline à inhaler, retour. Est-ce une bonne idée ?

The Medical Letter nous apprend que la FDA des États-Unis a approuvé la vente libre (over-the-counter : OTC) de l’adrénaline à inhaler vendue sous la marque
Primatene Mist. Cela se passe aux États-Unis et ne concerne pas la France. Cet agoniste alpha et bêta non sélectif est destiné à soulager temporairement les symptômes légers d’asthme intermittent chez les patients âgés de 12 ans et plus avec un diagnostic d’asthme léger intermittent posé par un professionnel
de la santé. Le produit n’est pas vraiment nouveau puisque la version originelle de Primatene Mist avait été homologuée par la FDA en 1967, puis disparue du
marché en 2011 parce que l’inhalateur-doseur contenait du chlorofluorocarbone (CFC) comme propulseur, un gaz nocif pour la couche d’ozone ; le nouvel inhalateur-doseur utilise un hydrofluoroalcane (HFA) comme gaz propulseur.
Le nouvel inhalateur Primatene Mist délivre 0,125 mg d’adrénaline par inhalation ; il contient 160 doses mesurées, est muni d’un compteur indiquant approximativement le nombre de doses qu’il reste dans l’inhalateur. Le dosage recommandé est de 1-2 inhalations toutes les 4 heures, avec un maximum de 8 inhalations par 24 heures. La monographie du produit conseille aux patients de consulter un médecin si les symptômes ne s’améliorent pas après 20 minutes ou s’ils s’aggravent, si supérieures à 8 inhalations sont nécessaires par 24 heures ou s’ils présentent plus de 2 crises d’asthme par semaine. Les patients doivent être informés d’agiter et d’amorcer l’inhalateur avant chaque inhalation (4 pressions dans l’air avant la première utilisation et 1 pression avant chaque inhalation suivante). Le dispositif doit être nettoyé après chaque jour d’usage pour empêcher qu’il se bouche. Dans les études cliniques, l’effet indésirable le plus fréquemment rapporté avec le nouvel inhalateur a été des tremblements (10 %). Les autres effets indésirables incluent des irritations pharyngées, des glossodynies, une toux, des bronchites, des irritations des voies respiratoires, une agitation et des vertiges.
L’adrénaline en inhalation peut augmenter la pression artérielle et la fréquence cardiaque. Une mauvaise utilisation ou un abus du médicament par des inhalations excessives ou injection intraveineuse d’adrénaline peut provoquer des effets indésirables graves et potentiellement mortels. Inquiétudes — The Medical Letter relève que de nombreuses organisations, y compris l’Allergy and Asthma Network, l’American Association for Respiratory Care, l’American College of Allergy, Asthma and Immunology, l’American Academy of Allergy, Asthma and Immunology, l’American College of Chest Physicians, l’American
Lung Association, l’American Thoracic Society et l’American Association of Asthma Educators s’inquiètent que l’utilisation de Primatene Mist seul masque les symptômes d’asthme et que les patients l’utilisent pour traiter eux-mêmes leur asthme, ce qui pourrait retarder le traitement des exacerbations et résulter en une prise en charge inadéquate d’un asthme chronique. Il existe une autre préoccupation, spécifiquement nord-américaine : celle que les patients utilisent le produit en vente libre pour remplacer les médicaments sur ordonnance plus coûteux recommandés pour le contrôle de l’asthme. Aux États-Unis, le coût d’un inhalateur Primatene Mist est de 29,99 USD.

[hr]

InfoRespiration N°150– Mai 2019

The Medical Letter. On Drugs and Therapeutics. Édition française. Vol. 41 N°04 (ML
USA N° 1564) 22 février 2019.

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR