hypoxie

Numéro 154 – Décembre 2019

Accès abonnés

IN MEMORIAM
La SPLF est en deuil, Nicolas Roche

ÉDITORIAL
Inacceptable, Nicolas Postel-Vinay

VIE DE LA SOCIÉTÉ
E-Respir 2019 : 1er E-congrès sur les maladies respiratoires

INITIATIVES
La dénervation pulmonaire pour diminuer les exacerbations dans la BPCO sévère, Christophe Pison, Bruno Degano

DOSSIER : SANTÉ AU TRAVAIL

PARTIE III — COMMUNICATION
Partage d’informations entre pneumologue, consultation de pathologie professionnelle, compagnies d’assurances et médecin du travail, Cécile Manaouil

ENTRETIEN
Expédition 5300 : vivre en hypoxie dans la ville la plus haute du monde, Samuel Vergès

CULTURE
Le souffle dionysiaque de Francis Bacon, Jean-Pierre Orlando

VIGILANCE
Vacciner les personnes âgées contre la grippe : nos collègues nord-américains disposent de« méthodes fortes », Nicolas Postel-Vinay
Traiter la somnolence diurne excessive, notamment en cas de SAOS : feu vert de la FDA pour le solriamfétol, Nicolas Postel-Vinay

LU POUR VOUS
Diagnostic rapide de grippe chez la femme enceinte : utile pour diminuer les antibiothérapies et les hospitalisations, Olivier Anselem, Camille Baraud,
Anne-Sophie l’Honneur, Camille Gobeaux, Didier Boorderie, Flore Rozenberg, François Goffinet
Incitation à la marche et BPCO : un coaching sans effet sur la fréquence des soins aigus et la survie selon une étude, Philippe Eveillard
Scolarité et asthme : les données portant sur 680 000 enfants écossais précisent les conséquences négatives de l’absentéisme, Daniel Piperno
Évolutions de la mortalité sur la période 2000-2016 : les femmes premières victimes de l’augmentation des cancers du poumon, des bronches et de la trachée, Nicolas Postel-Vinay

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La VNI expliquée aux enfants et à leurs parents par des nounours Les patients en échec de leur sevrage tabagique : quelles solutions ? n Santé respiratoire France : 7 actions pour améliorer le quotidien des patients atteints de BPCO Imfinzi® et Tagrisso® : bénéfice clinique à long terme et gain de survie dans leurs indications respectives Nicozone : la proposition du laboratoire Pierre-Fabre pour un sevrage tabagique durable Chiesi lance son premier inhalateur-doseur pressurisé (pMDI) à carbone minimum pour l’asthme et la BPCO

Rire chimique : les poumons ne sont pas toujours à la fête

En médecine, le protoxyde d’azote est utilisé via un masque pour son effet analgésique, mais ce n’est pas uniquement un gaz médical : on le trouve dans les bonbonnes de crème chantilly (où il sert de
gaz propulseur dans les siphons) et est utilisé dans des recettes de « cuisine moléculaire ». Par ce biais, il est donc très facile d’en
acheter. Dans une mise au point publiée par La Revue du Praticien, Yannick Auffret, urgentiste, évoque les risques liés à l’inhalation festive de protoxyde d’azote. 1 Cette pratique n’est pas toujours connue des médecins, bien qu’elle semble largement répandue chez les jeunes fêtards. Selon les données rapportées par l’auteur, une enquête publiée en 2003 révélait qu’en Nouvelle-Zélande, 57 % des étudiants connaissaient cette pratique et 12 % inhalaient ce gaz. Entre 2013 et 2014, une autre étude révélait qu’en Angleterre et au pays de Galles, près de 6 % des 16-24 ans consommaient du protoxyde d’azote lors des festivals ou des soirées étudiantes, chiffre évalué entre 29 à 39 % en 2016 en Angleterre. Ces inhalations peuvent aboutir à une véritable addiction et entraîner de graves complications. Les témoignages de consommateurs montrent que l’emploi du protoxyde d’azote risque de devenir une véritable
addiction au même titre que les autres drogues, et les doses inhalées peuvent augmenter rapidement et devenir massives, dépassant 60 bouffées par soirée. Les doses toxiques sont ainsi aisément dépassées.

Troubles neurologiques et pneumothorax
L’emploi récréatif et répété de ce gaz n’est pas anodin : une métaanalyse recense des risques de complications neuropsychiatriques dans 79 % des cas et pulmonaires (aiguës et chroniques) dans 5 %
des cas ; mais aussi et surtout, plus de 30 % de décès (29/91) liés à cette pratique (par hypoxie). Ce risque létal est connu depuis plus de 40 ans. Les troubles sont liés à un déficit en vitamine B12  induit par le protoxyde d’azote. Les troubles pulmonaires, plus rares, sont liés à la toxicité du gaz, certains patients ayant plusieurs atteintes en même temps. Le protoxyde d’azote génère des polyneuropathies, neuropathies périphériques, paresthésies, troubles de la marche et de la coordination, et plus rarement, au niveau pulmonaire, des emphysèmes sous-cutanés, pneumothorax, pneumomédiastins
et dyspnées de repos. Au niveau psychiatrique, les troubles décrits sont des dépressions, des hallucinations, des suicides et des psychoses.

Crème chantilly et pneumothorax
En contexte festif, le protoxyde d’azote est le plus souvent aspiré à l’aide de l’appareil permettant de servir la crème chantilly. Les lésions de types pneumomédiastin, pneumothorax et emphysème souscutané
sont induites par l’augmentation de la pression dans les voies  respiratoires. Le mécanisme physiopathologique en cause est le même que celui observé chez les consommateurs de drogues, qui utilisent la manoeuvre de Valsalva et/ou le bouche-à-bouche pour augmenter la diffusion des drogues. La mortalité rapportée dans ce contexte est liée au mode d’utilisation, qui peut entraîner des hypoxies sévères et, dans les cas les plus graves, mener au décès de l’utilisateur.
Les médecins doivent connaître cette pratique chez les jeunes et savoir en initier la prise en charge plaide Yannick Auffret qui pose ces questions : tout trouble neurologique atypique ne cache-t-il pas
un consommateur de protoxyde d’azote ? Tout pneumomédiastin ou pneumothorax dit idiopathique l’est-il vraiment ?

[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

 

Physiopathologie de la circulation pulmonaire

Annuaire de la recherche en pneumologie 

Nom du LaboratoirePhysiopathologie de la circulation pulmonaire
N° d'équipeINSERM U1045 équipe 1
Nom du directeur du laboratoirePr Roger Marthan
Nom du responsable GUIBERT Christelle
Courriel du responsablechristelle.guibert@u-bordeaux.fr
Contacts principauxChristelle Guibert
christelle.guibert@u-bordeaux.fr
05 47 30 27 52
Directeur du laboratoire : Pr Roger Marthan
AdressePTIB - Hôpital Xavier Arnozan
avenue du Haut Lévêque
CP33604
Ville Pessac Cedex
PaysFrance
Téléphone05 47 30 27 50
Fax
Site internethttps://crctb.u-bordeaux.fr/
Mots cléshypertension pulmonaire, réactivité vasculaire, remodelage vasculaire, signalisation calcique, canaux ioniques, pollution atmosphérique, hypoxie, hyperoxie
RésuméLe principal champ d'activité de recherche de l'équipe concerne la biologie de la circulation pulmonaire et systémique. Concernant la circulation pulmonaire, une attention particulière est portée à (1) l'hypertension pulmonaire (HTP) (mécanismes cellulaires et moléculaires associés au remodelage et à la réactivité vasculaires et traitements pharmacologiques) et (2) l'impact des facteurs environnementaux (pollution atmosphérique et hyperoxie). En s'intéressant à la physiopathologie vasculaire pulmonaire et systémique, l'équipe travaille sur une réelle interface entre les maladies cardiaques et pulmonaires. Il s'agit d'une équipe multidisciplinaire constituée de collaborateurs provenant de différentes formations (scientifiques, médecins, pharmaciens) et de différentes disciplines.

Les objectifs spécifiques de l'équipe sont les suivants :

1. Etudier le rôle de canaux perméables au calcium tels que les canaux activés par l'étirement membranaire (SAC), dont les canaux TRP (Transient Receptor Potential) et piezo, et les jonctions communicantes (connexines) dans des conditions physiologiques et pathologiques (HTP).
2. Etudier le rôle des facteurs environnementaux tels que les particules de pollution et l'hyperoxie. L'impact des particules de pollution est déterminé dans des conditions physiologiques et pathologiques (HTP). L'HTP induite par l'hyperoxie est étudiée chez le nouveau-né car elle est associée à une dysplasie broncho-pulmonaire retrouvée chez les grands prématurés.
Axe principalPhysiologie et physiopathologie de la circulation pulmonaire

Annuaire de la recherche en pneumologie 

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR