microbiote

Micro-environnement du cancer bronchique et microbiote

Micro-environnement du cancer bronchique et microbiote

Avec l’avènement de nouvelles thérapies ciblant le micro-environnement tumoral, dont l’immunothérapie par inhibiteurs des points de contrôle immunitaire, les oncologues thoraciques s’intéressent au microbiote. Il s’agit de l’ensemble des micro-organismes vivant dans un environnement. Cette présentation avait pour but de décrire le microbiote pulmonaire et ses rapports avec la cancérogenèse et l’efficacité de l’immunothérapie.
Le microbiote pulmonaire est 1 000 fois moins dense que le microbiote oral et 106 à 109 fois moins denses que le microbiote intestinal. Cependant, dans sa composition, il est plus représentatif du microbiote intestinal que le microbiote nasal. Il existe une relation triangulaire entre le microbiote, le système immunitaire et le cancer. En effet, le microbiote peut être impliqué dans la cancérogenèse, l’activation de la réponse immunitaire antitumorale ou au contraire l’inhibition de la réponse immunitaire responsable d’une croissance tumorale. Son impact dépend entre autres du micro-environnement tumoral. Celui-ci (et, notamment, les cellules immunitaires et les bactéries intracellulaires présentes) est très hétérogène selon la localisation de la tumeur dans le système respiratoire. Il a été montré que le microbiote pulmonaire pouvait promouvoir le développement de cancers bronchiques en activant l’inflammation médiée par les cellules Tgd. Plusieurs travaux ont montré que le microbiote intestinal était quant à lui associé à l’efficacité des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire dans le cancer bronchique et un répertoire de bactéries a été identifié chez les patients répondeurs.
Toutefois, plusieurs questions restent en suspens comme l’impact des micro-organismes au-delà des bactéries (virus, champignons, parasites), l’intégration d’autres données de l’hôte pour la prédiction de l’efficacité de l’immunothérapie et la possibilité d’agir sur le microbiote pulmonaire pour moduler la réponse à l’immunothérapie. En ce sens, le futur de l’immunothérapie sera peut-être l’intégration de la modulation du microbiote dans les combinaisons thérapeutiques ciblant le micro-environnement.
Pascale Tomasini, service d’oncologie multidisciplinaire et innovations thérapeutiques, hôpital Nord, Marseille
D’après la session 359 : Exciting new developments in lung cancer screening, diagnostics and treatment ; Hortense Slevogt, présentation#4358
[hr] [themify_button bgcolor=”purple” link=”https://splf.fr/ers-en-direct-2020/”]Retour au sommaire[/themify_button] © Info Respiration – EN DIRECT DE L’ERS – Septembre  2020

Numéro 149 – Février 2019

Accès abonnés

ÉDITORIAL
Intelligence artificielle et pratique médicale, Nicolas POSTEL-VINAY

SANTÉ PUBLIQUE
Tests diagnostiques, traitements et prévention de la tuberculose, Fatma KORT, Nicolas VEZIRIS

ENTRETIEN
Microbiote et système respiratoire : premières notions de base, Anh Tuan DINH-XUAN

NTIC
Suivi par self-reporting des symptômes du cancer bronchique à l’heure de la validation scientifique : un impact positif sur la mortalité, Fabrice DENIS

VIGILANCE
Ruptures de stock de médicaments – Association bêta2-mimétiques et cortico-stéroïdes inhalés – Oxygène en urgence – Le Pneumorel (fenspiride) disparaît brutalement des ordonnances et des
pharmacies, Nicolas POSTEL-VINAY

DOSSIER SANTÉ AU TRAVAIL
Partie I — Le secret Pneumologue, patient salarié et secret : ce qu’il faut savoir pour ne pas s’exposer à des sanctions, Cécile MANAOUIL

CULTURE
Voilà la maladie ! La voilà dévoilée en ta main, Jean-Pierre ORLANDO

LU POUR VOUS
Consommation de cannabis : l’OFDT publie des chiffres à la hausse Observance et PPC : ces machines qui nous gouvernent, Nicolas POSTEL-VINAY, Marie-Pia D’ORTHO

23e CPLF
Programme de soutien aux asthmatiques SOPHIA-asthme : première évaluation dans la deuxième année de déploiement — Observance de patients asthmatiques sévères suivis en centre hospitalier général : quand tout va bien on oublie son traitement — Prévalence et impact du syndrome d’hyperventilation sur le contrôle et la qualité de vie dans l’asthme difficile — Adhésion aux corticoïdes inhalés : association inter- et intra-individuelles avec l’évolution de l’asthme — Comparaison de l’efficacité de l’omalizumab dans l’asthme sévère atopique et non atopique  – Prévalence et prise en charge de l’asthme de l’adulte en France en 2018, Justine FRIJA-MASSON
Guide pratique de vaccination en pneumologie : méthode avant publication — Vaccination en pneumologie : les recommandations, Philippe EVEILLARD

ENCADRÉS
Petites annonces

SYMPOSIUMS INTÉGRÉS EN DIRECT DU 23e CPLF ET COMMUNIQUÉS DE PRESSE
Fibroses pulmonaires en vie réelle –  Escalade et désescalade dans la BPCO : des recommandations aux trajectoires individuelles  –  Asthme : peut-on encore optimiser l’utilisation des corticoïdes inhalés ? – Fasenra™ : anticorps monoclonal ciblant directement le récepteur de l’IL-5 pour traiter les asthmes sévères – Améliorer le contrôle de l’asthme et faciliter l’observance du traitement avec Revinty Ellipta®

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR