vigilance

CIGARETTE ÉLECTRONIQUE : PRUDENCE ET VIGILANCE

Alerte de la DGS et signalement des cas d’atteintes pulmonaires graves

Pour en savoir plus sur les cas d’atteintes pulmonaires chez des utilisateurs de e-cigarette aux USA :

[themify_box color=”blue”]

Communiqué de la Fondation du Souffle et de la Société de Pneumologie de Langue Française 

[/themify_box] [themify_box color=”orange”]

Note du Groupe tabac de la Société de Pneumologie de Langue Française

[/themify_box]

Insuffisance respiratoire aiguë chez des utilisateurs de cigarettes électroniques

Le Center of Disease Control des Etats-Unis enquête actuellement sur des cas d’insuffisance respiratoire aiguë chez des utilisateurs de cigarettes électroniques.

Les données disponibles sont encore imprécises.

Le Ministère de la Santé demande aux Sociétés Savantes concernées de recenser les cas de ce type (cf courrier de la DGS et alerte européenne ).

Nous vous remercions donc de nous signaler tout cas répondant aux critères suivants :

  • Insuffisance respiratoire aiguë
  • Absence de cause identifiée
  • Sujet pratiquant le vapotage.

Merci d’utiliser l’adresse : f.duguet@splf.org

Réduction de la mortalité totale chez les patients hospitalisés pour une pneumonie grave

Ajouter un traitement corticoïde à un traitement antibiotique réduit la mortalité, et la durée de traitement en soins intensifs, avec peu d’effets indésirables au regard de ces avantages.
Après avoir antérieurement rapporté dans ces colonnes plusieurs études montrant l’absence de bénéfices — sinon les inconvénients parfois graves — de l’usage banalisé des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des corticoïdes dans les infections respiratoires hautes ou ORL, citons ici un article de La Revue Prescrire qui va dans un sens différent. 1
Il est basé sur une synthèse méthodique ayant recensé les essais rando-misés chez des patients atteints de pneumonie communautaire qui ont comparé : antibiothérapie + corticoïde versus antibiothérapie seule ou + placebo.2 Treize essais ont été recensés, totalisant 1 954 patients adultes, hospitalisés pour une pneumonie communautaire confirmée radiologiquement. Le critère principal d’évaluation a été la mortalité à 30 jours. Dans la majorité des essais, le traitement corticoïde a consisté en une injection intraveineuse équivalente à 40 mg à 50 mg par jour de prednisone pendant 5 jours à 10 jours.3 Dans onze essais totalisant 1 863 adultes atteints de pneumonie communautaire, dont la gravité était variable, la mortalité totale à 30 jours a été d’environ 6 % dans les groupes corticoïdes versus 8 % dans les groupes placebo (p = 0,015).4
En limitant l’analyse aux patients adultes atteints de pneumonie com-munautaire jugée grave selon un score clinique (neuf essais totalisant 995 patients), la mortalité totale à 30 jours a été plus faible chez les patients des groupes corticoïdes : 8 % vers 13 % dans les groupes placebo (différence statistiquement significative).4 Globalement, chez l’ensemble des patients adultes hospitalisés pour une pneumonie com-munautaire, le corticoïde a semblé réduire de 2 à 3 jours le délai de guérison clinique, la durée d’hospitalisation totale et d’hospitalisation en unité de soins intensifs. Ces résultats sont fragiles, commente La Revue Prescrire, du fait d’une grande hétérogénéité entre les essais, mais les résultats sur la mortalité sont convergents, constate-t-elle.
[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

Vaccin grippal saisonnier 2019-2020 : généralisation de la vaccination contre la grippe par les pharmaciens d’officine

Cette année la simplification du circuit d’obtention du vaccin pour certains adultes se poursuit. Si la liste des personnes pour lesquelles la vaccination antigrippale est recommandée avec prise en charge du
vaccin à 100 % par la Sécurité sociale en France est inchangée depuis la saison 2013-2014, il devient plus facile pour les patients de se faire vacciner. En 2019, en France, outre les médecins, divers soignants sont
autorisés à vacciner contre la grippe les personnes concernées par les recommandations en vigueur. Les sages-femmes sont autorisées à vacciner les femmes enceintes et l’entourage du nourrisson.
Les infirmiers et pharmaciens d’officine sont autorisés à vacciner.
Ces personnes, quand elles sont âgées de plus de 18 ans, peuvent obtenir gratuitement le vaccin directement dans une officine, en présentant le bon de prise en charge de l’assurance maladie. C’était déjà le cas pour les personnes qui avaient été vaccinées auparavant. Depuis octobre 2018, c’est aussi le cas pour une première vaccination antigrippale. Le bon de prise en charge peut être aussi obtenu auprès d’un médecin, d’une sage-femme ou d’un pharmacien d’officine, le formulaire vierge étant téléchargeable sur le site internet de l’assurance maladie. Attention, chez les enfants et les adolescents ayant reçu un bon de prise en charge du fait des recommandations, une prescription médicale reste nécessaire pour obtenir le vaccin gratuitement.
[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

Ministère des Solidarités et de la Santé. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2019 : 73 pages.

Céphalosporines : troubles neuropsychiques, surtout en cas d’insuffisance rénale

En pratique, il importe d’adapter la dose des céphalosporines à la fonction rénale.
Les céphalosporines, comme l’ensemble des antibiotiques du groupe des bêtalactamines, exposent à des effets indésirables neuropsychiques nous rappelle un article de La Revue Prescrire. 1
Ce dernier se base sur une analyse effectuée en janvier 2019 sur des données issues de la base de pharmacovigilance française entre 1987 et 2017.2  Au cours de cette période, 511 notifications d’effets
indésirables neuropsychiques graves imputés à une céphalosporine ont été recensés. La moyenne d’âge des patients était de 67 ans.
Les effets indésirables les plus souvent rapportés étaient des encéphalopathies (30 %), des états confusionnels (19 %), des convulsions (15 %), des myoclonies (9 %), des états de mal épileptique (9 %), des comas
(6 %) et des hallucinations (4 %). Le délai moyen d’apparition après le début de l’exposition à la céphalosporine a été de 7,7 jours et la durée moyenne du trouble de 6 jours.

Les céphalosporines les plus représentées étaient le céfépime (Axépim® ou autre) (33 %), la ceftriaxone (Rocéphine® ou autre) (30 %), le ceftazidime (Fortum® ou autre) (20 %), le céfotaxime (Céfotaxime Mylan® ou autre) (9 %) et la céfazoline (Céfazoline Panpharma® ou autre) (3 %).
Dans 87 % des observations, la céphalosporine était administrée par voie intraveineuse ; et dans 7 %, par voie orale, notamment le céfuroxime (Zinnat® ou autre). Un dosage plasmatique de l’antibiotique a été réalisé dans 30 % des cas, 70 % de ces dosages étaient supérieurs aux valeurs thérapeutiques ; plus de la moitié de ces cas ont été observés chez des patients qui avaient une insuffisance rénale.

[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

 

Patch de capsaïcine à l’origine d’une crise d’asthme

La Revue Prescrire a rapporté que les centres de pharmacovigilance des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Nice et de Corse ont publié fin 2018 une notification de crise d’asthme liée à la capsaïcine en patch commercialisée sous le nom de Qutenza®. 1 , 2 Comme le rappelle Prescrire la capsaïcine, extraite du piment rouge, est utilisée sous forme de patchs pour le traitement des douleurs neuropathiques. La Revue note qu’il s’agit d’une substance irritante exposant fréquemment à des douleurs et à des réactions au site d’application, dont des brûlures graves. La notification porte sur le cas d’une femme de 67 ans, asthmatique, s’étant rendue à l’hôpital pour se faire poser un patch de capsaïcine. En entrant dans la salle de soins, la patiente a débuté une crise d’asthme qui a motivé une hospitalisation.
L’évolution a été favorable. 1 La capsaïcine est une substance très volatile.
Lors de la pose et du retrait du patch, le patient et les soignants sont exposés à la capsaïcine par mise en suspension dans l’air, et donc à ses effets indésirables, oculaires et respiratoires. 1
Prescrire juge que cet épisode d’asthme constitue « une raison de plus » pour écarter la capsaïcine des soins dont l’efficacité est à peine différente d’un placebo.

[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

 

Rire chimique : les poumons ne sont pas toujours à la fête

En médecine, le protoxyde d’azote est utilisé via un masque pour son effet analgésique, mais ce n’est pas uniquement un gaz médical : on le trouve dans les bonbonnes de crème chantilly (où il sert de
gaz propulseur dans les siphons) et est utilisé dans des recettes de « cuisine moléculaire ». Par ce biais, il est donc très facile d’en
acheter. Dans une mise au point publiée par La Revue du Praticien, Yannick Auffret, urgentiste, évoque les risques liés à l’inhalation festive de protoxyde d’azote. 1 Cette pratique n’est pas toujours connue des médecins, bien qu’elle semble largement répandue chez les jeunes fêtards. Selon les données rapportées par l’auteur, une enquête publiée en 2003 révélait qu’en Nouvelle-Zélande, 57 % des étudiants connaissaient cette pratique et 12 % inhalaient ce gaz. Entre 2013 et 2014, une autre étude révélait qu’en Angleterre et au pays de Galles, près de 6 % des 16-24 ans consommaient du protoxyde d’azote lors des festivals ou des soirées étudiantes, chiffre évalué entre 29 à 39 % en 2016 en Angleterre. Ces inhalations peuvent aboutir à une véritable addiction et entraîner de graves complications. Les témoignages de consommateurs montrent que l’emploi du protoxyde d’azote risque de devenir une véritable
addiction au même titre que les autres drogues, et les doses inhalées peuvent augmenter rapidement et devenir massives, dépassant 60 bouffées par soirée. Les doses toxiques sont ainsi aisément dépassées.

Troubles neurologiques et pneumothorax
L’emploi récréatif et répété de ce gaz n’est pas anodin : une métaanalyse recense des risques de complications neuropsychiatriques dans 79 % des cas et pulmonaires (aiguës et chroniques) dans 5 %
des cas ; mais aussi et surtout, plus de 30 % de décès (29/91) liés à cette pratique (par hypoxie). Ce risque létal est connu depuis plus de 40 ans. Les troubles sont liés à un déficit en vitamine B12  induit par le protoxyde d’azote. Les troubles pulmonaires, plus rares, sont liés à la toxicité du gaz, certains patients ayant plusieurs atteintes en même temps. Le protoxyde d’azote génère des polyneuropathies, neuropathies périphériques, paresthésies, troubles de la marche et de la coordination, et plus rarement, au niveau pulmonaire, des emphysèmes sous-cutanés, pneumothorax, pneumomédiastins
et dyspnées de repos. Au niveau psychiatrique, les troubles décrits sont des dépressions, des hallucinations, des suicides et des psychoses.

Crème chantilly et pneumothorax
En contexte festif, le protoxyde d’azote est le plus souvent aspiré à l’aide de l’appareil permettant de servir la crème chantilly. Les lésions de types pneumomédiastin, pneumothorax et emphysème souscutané
sont induites par l’augmentation de la pression dans les voies  respiratoires. Le mécanisme physiopathologique en cause est le même que celui observé chez les consommateurs de drogues, qui utilisent la manoeuvre de Valsalva et/ou le bouche-à-bouche pour augmenter la diffusion des drogues. La mortalité rapportée dans ce contexte est liée au mode d’utilisation, qui peut entraîner des hypoxies sévères et, dans les cas les plus graves, mener au décès de l’utilisateur.
Les médecins doivent connaître cette pratique chez les jeunes et savoir en initier la prise en charge plaide Yannick Auffret qui pose ces questions : tout trouble neurologique atypique ne cache-t-il pas
un consommateur de protoxyde d’azote ? Tout pneumomédiastin ou pneumothorax dit idiopathique l’est-il vraiment ?

[hr]

InfoRespiration N°152– Août-septembre 2019

 

Adrénaline à inhaler, retour. Est-ce une bonne idée ?

The Medical Letter nous apprend que la FDA des États-Unis a approuvé la vente libre (over-the-counter : OTC) de l’adrénaline à inhaler vendue sous la marque
Primatene Mist. Cela se passe aux États-Unis et ne concerne pas la France. Cet agoniste alpha et bêta non sélectif est destiné à soulager temporairement les symptômes légers d’asthme intermittent chez les patients âgés de 12 ans et plus avec un diagnostic d’asthme léger intermittent posé par un professionnel
de la santé. Le produit n’est pas vraiment nouveau puisque la version originelle de Primatene Mist avait été homologuée par la FDA en 1967, puis disparue du
marché en 2011 parce que l’inhalateur-doseur contenait du chlorofluorocarbone (CFC) comme propulseur, un gaz nocif pour la couche d’ozone ; le nouvel inhalateur-doseur utilise un hydrofluoroalcane (HFA) comme gaz propulseur.
Le nouvel inhalateur Primatene Mist délivre 0,125 mg d’adrénaline par inhalation ; il contient 160 doses mesurées, est muni d’un compteur indiquant approximativement le nombre de doses qu’il reste dans l’inhalateur. Le dosage recommandé est de 1-2 inhalations toutes les 4 heures, avec un maximum de 8 inhalations par 24 heures. La monographie du produit conseille aux patients de consulter un médecin si les symptômes ne s’améliorent pas après 20 minutes ou s’ils s’aggravent, si supérieures à 8 inhalations sont nécessaires par 24 heures ou s’ils présentent plus de 2 crises d’asthme par semaine. Les patients doivent être informés d’agiter et d’amorcer l’inhalateur avant chaque inhalation (4 pressions dans l’air avant la première utilisation et 1 pression avant chaque inhalation suivante). Le dispositif doit être nettoyé après chaque jour d’usage pour empêcher qu’il se bouche. Dans les études cliniques, l’effet indésirable le plus fréquemment rapporté avec le nouvel inhalateur a été des tremblements (10 %). Les autres effets indésirables incluent des irritations pharyngées, des glossodynies, une toux, des bronchites, des irritations des voies respiratoires, une agitation et des vertiges.
L’adrénaline en inhalation peut augmenter la pression artérielle et la fréquence cardiaque. Une mauvaise utilisation ou un abus du médicament par des inhalations excessives ou injection intraveineuse d’adrénaline peut provoquer des effets indésirables graves et potentiellement mortels. Inquiétudes — The Medical Letter relève que de nombreuses organisations, y compris l’Allergy and Asthma Network, l’American Association for Respiratory Care, l’American College of Allergy, Asthma and Immunology, l’American Academy of Allergy, Asthma and Immunology, l’American College of Chest Physicians, l’American
Lung Association, l’American Thoracic Society et l’American Association of Asthma Educators s’inquiètent que l’utilisation de Primatene Mist seul masque les symptômes d’asthme et que les patients l’utilisent pour traiter eux-mêmes leur asthme, ce qui pourrait retarder le traitement des exacerbations et résulter en une prise en charge inadéquate d’un asthme chronique. Il existe une autre préoccupation, spécifiquement nord-américaine : celle que les patients utilisent le produit en vente libre pour remplacer les médicaments sur ordonnance plus coûteux recommandés pour le contrôle de l’asthme. Aux États-Unis, le coût d’un inhalateur Primatene Mist est de 29,99 USD.

[hr]

InfoRespiration N°150– Mai 2019

The Medical Letter. On Drugs and Therapeutics. Édition française. Vol. 41 N°04 (ML
USA N° 1564) 22 février 2019.

Témoin d’une pratique non conforme, lancez l’alerte

Afin de faciliter la déclaration des signalements faits par les lanceurs d’alerte et de renforcer leur suivi, l’ANSM met en place une procédure via une adresse spécifique : lanceur.alerte@ansm.sante.fr. Cette procédure s’inscrit dans le cadre de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (Loi dite « Sapin 2 »). L’adresse lanceur.alerte@ansm. sante.fr accessible sur la page d’accueil du site de l’ANSM permet à toute personne qui en a personnellement connaissance de signaler facilement toute violation grave d’une loi ou d’un règlement ou toute menace grave à l’intérêt général, concernant des produits de santé ou à finalité cosmétique destinés à l’homme ou des activités relevant du champ de compétence de l’ANSM. Il peut s’agir de pratiques non conformes d’un opérateur intervenant sur ces produits (fabricant, distributeur, par exemple) ou de toute menace grave pour la santé publique liée à un produit de santé. Ne relèvent pas de cette procédure les autres signalements qui bénéficient de déclarations spécifiques : les signalements de défaut qualité, d’effets indésirables ou d’erreurs médicamenteuses et les signalements de ruptures de stock. Par cette procédure, l’agence garantit l’examen du signalement, une première réponse à son auteur dans des délais très courts et le strict respect de la confidentialité des informations recueillies et de l’identité du lanceur d’alerte, qui bénéficie également des mesures de protection prévues par la loi, notamment vis-à-vis de son employeur. Les suites données par l’agence à ces signalements peuvent être diverses : déclenchement d’une inspection, analyse d’un produit par les laboratoires de contrôles de l’agence, vérification des dossiers initialement soumis par les opérateurs, etc.

[hr]

InfoRespiration N°150– Mai 2019

 

Plus de 16 000 professionnels de santé touchés par une fuite de données

Le 30 janvier 2019, TICsanté a rapporté que plus de 16 000 adresses de courrier électronique de professionnels exerçant dans des établissements sanitaires français, « souvent publiées avec le mot de passe associé », ont été divulguées sur une plateforme en ligne. L’alerte provenait de la cellule d’accompagnement cybersécurité des structures de santé (ACSS).
La cellule ACSS a été créée fin 2017 par le ministère des Solidarités et de la Santé, et travaille en lien avec l’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip santé) et les agences régionales de santé (ARS). Dans une alerte; publiée sur son site internet, elle indique que des professionnels de santé français ont été concernés par une fuite massive de données ayant eu lieu mercredi 16 janvier à l’échelle internationale. « Si beaucoup de données sont anciennes, les cybercriminels vont très probablement
utiliser ces données pour élaborer des escroqueries de phishing et recourir au chantage », a prévenu la cellule ACSS du ministère des Solidarités et de la Santé. Pour que les personnes puissent vérifier si leur adresse fait partie des fichiers divulgués, elle a conseillé d’utiliser le site Haveibeenpwned.com en saisissant l’adresse concernée dans le moteur de recherche qui s’affiche en page d’accueil. Ce site indique si une adresse apparaît dans des fuites de données, et peut renseigner sur l’origine de la fuite. Cette information « ne signifie pas forcément que ces données soient en danger, mais il convient par mesure de précaution de changer le ou les mots de passe associés au compte », précise la cellule ACSS. Elle a rappelé que pour « faire face à ce genre de problème récurrent », il faut respecter certaines bonnes pratiques de gestion des mots de passe — complexité, renouvellement fréquent, usage unique, cloisonnement des usages privés et professionnels —, sensibiliser les utilisateurs et mettre en place des « dispositifs contraignants ».

[hr]

InfoRespiration N°150– Mai 2019

 

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR