Le remodelage vasculaire pulmonaire observé dans l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) résulte d’un déséquilibre des voies de signalisation anti-prolifératives (voie BMPR2) et pro-prolifératives (voie du TGF-β). Le sotatercept est une biothérapie qui a la propriété de bloquer la voie de signalisation du TGF-β, permettant ainsi de restaurer l’équilibre entre ces deux voies et de diminuer le remodelage vasculaire pulmonaire. Les premières données d’efficacité de cette molécule dans l’HTAP étaient très encourageantes (étude PULSAR publiée dans le NEJM en 2021). Les données d’extension à long terme du sotatercept dans l’HTAP ont été présentées au cours d’une session de communications orales.

Il s’agit de la phase d’extension de l’étude PULSAR, un essai randomisé de phase II, contrôlé contre placebo, évaluant l’efficacité et la sécurité du sotatercept administré par voie sous-cutanée, toutes les 3 semaines, chez des patients recevant déjà un traitement de l’HTAP (en mono-, bi- ou trithérapie). Cent-six patients ont été inclus dans cette étude, dont un tiers recevant une trithérapie avec une prostacycline parentérale. L’étude PULSAR était positive sur le critère de jugement principal évalué à la semaine 24 (baisse des résistances vasculaires pulmonaires), avec un effet dose dépendant. Quatre-vingt-dix-sept patients ont complété la phase d’extension. Les patients recevant le placebo lors de la phase initiale de l’étude étaient randomisés pour cette phase d’extension en deux groupes correspondant aux deux dosages du sotatercept (0,3 et 0,7 mg/kg).

Une amélioration significative de la classe fonctionnelle, du test de marche de 6 minutes et des résistances vasculaires pulmonaires était observée chez les patients recevant le placebo au cours de la phase initiale puis le sotatercept dans la phase d’extension. Les patients traités depuis le début de l’étude par sotatercept maintenaient ou poursuivaient l’amélioration de ces variables à long terme (18-24 mois). Quatre-vingt-dix pourcents des patients recevant le sotatercept étaient en classe fonctionnelle I ou II à la fin de l’étude. Il est intéressant de souligner que les données d’efficacité à long terme étaient similaires dans les deux groupes (sotatercept et placebo puis sotatercept). Quel que soit le dosage administré, le sotatercept était bien toléré. Dix patients sont sortis de l’étude en raison d’effets secondaires du traitement, principalement des thrombocytopénies sans saignement extériorisé et des augmentations de l’hémoglobine (de 1 à 2 g/dL sans effet secondaire thrombotique) dans le bras sotatercept. Des télangiectasies ont été rapportées chez 11 patients. Trois décès, non attribuables au sotatercept, ont été rapportés au cours de la phase d’extension.

Cette phase d’extension de l’étude PULSAR confirme les résultats très prometteurs du sotatercept dans l’HTAP chez des patients préalablement traités en mono-bi ou trithérapie.

Athénaïs Boucly , Service de Pneumologie et de Soins Intensifs Thoraciques, Hôpital de Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre


D’après la session A96 – Giants stadium: treatments and trials in pulmonary hypertension, Abstract A2150, M. Humbert et al.

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR