Les effets indésirables du nintédanib nécessitent parfois une diminution de dose voire l’arrêt du traitement. Chez les patients les plus âgés souvent dénutris et avec plus de comorbidités, ces effets indésirables pourraient limiter les possibilités de traitement.

T. Moua a présenté les résultats d’une analyse post hoc comparant les patients de plus et moins de 75 ans ayant une pneumopathie interstitielle diffuse progressive (autre qu’une FPI) inclus dans l’essai INBUILD (essai randomisé nintédanib versus placebo). Parmi les 663 patients, 19% étaient âgés de plus de 75 ans avec un âge moyen de 78,5 ans. Il n’existait pas de différence en termes d’efficacité du traitement chez les patients plus âgés chez qui on observait également un ralentissement du déclin de la CVF. Cependant, chez les patients de plus de 75 ans, la proportion d’effets indésirables conduisant à l’arrêt du traitement était de 36,8% lorsqu’ils recevaient le nintédanib (18,8% dans le groupe placebo des patients du même âge) contre 18,9% chez les patients de moins de 75 ans sous nintédanib (13,5% chez les patients de moins de 75 ans dans le bras placebo). Chez les patients les plus âgés, il a été plus fréquemment nécessaire de recourir à une diminution de posologie. Les troubles digestifs représentent les effets indésirables principaux : diarrhée puis nausées et vomissements. La perte de poids et d’appétit est aussi plus fréquente chez les patients de plus de 75 ans traités par nintédanib par rapport aux patients de la même catégorie d’âge recevant le placebo mais également par rapport au groupe des patients de moins de 75 ans traités par nintédanib. De la même façon, une élévation des ASAT est également plus souvent constatée chez les patients de plus de 75 ans traités par nintédanib, peut-être en raison d’interactions médicamenteuses potentielles plus importantes dans cette population. La présentation ne précisait pas quels effets indésirables particuliers étaient en cause dans l’arrêt ou la diminution des traitements. Ces résultats soulignent l’importance de surveiller les effets indésirables, en particulier digestifs, chez les patients les plus âgés et de les prévenir au maximum dès la décision d’instaurer un traitement.

Diane Bouvry, Service de pneumologie et Centre de Référence-constitutif Maladies Pulmonaires rares, AP-HP hôpital Avicenne, Bobigny


D’après la Session B22: Emerging management of fibrotic ILDs D’après Moua T et al. Efficacity and safety of nintedanib in elderly patients with progressive fibrosing interstitial lung disease. Am J Respir Crit Care Med 2022; 205:

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR