Les infections à complexe Mycobacterium abscessus figurent parmi les plus difficiles à prendre en charge. Il est recommandé de débuter leur traitement par une phase d’attaque comportant au moins 2 molécules administrées par voie intraveineuse (IV) puis de faire un relai oral lors d’une phase d’entretien de plusieurs mois. Parmi les molécules régulièrement utilisées dans ce contexte figure la tigécycline. Une équipe de Caroline du Sud a rapporté son expérience avec l’utilisation d’une nouvelle amino-méthyl-cycline administrée par voie orale avec succès chez ces patients.

L’omadacycline est utilisable par voie IV ou orale et disponible aux Etats-Unis (mais pas en France) pour traiter certaines pneumopathies aiguës communautaires ou infections de la peau ou des tissus mous. Ici, les auteurs l’ont administré à la dose de 300 mg/j (soit 2 comprimés de 150 mg) chez 36 patients atteints d’infection à complexe M. abscessus âgés de 61 ± 16 ans (64% de femmes) et très majoritairement porteurs d’une forme pulmonaire à M. abscessus stricto sensu (seulement 5% de M. massiliense et 3% de M. boletti). Globalement, 53% des souches présentaient une résistance inductible aux macrolides. La durée médiane de ce traitement était de 4 mois avec des extrêmes allant d’une semaine à 23 mois. La raison invoquée pour utiliser cette molécule était principalement un relais du traitement par tigécycline IV (61% des cas) ou une intolérance à une autre molécule (28% des cas).

Parmi les 36 patients traités, 9 (25%) sont parvenus à négativer leurs prélèvements et donc à arrêter leur traitement tandis que seulement 3 (8%) sont décédés. La tolérance clinique a été moyenne, avec principalement des effets indésirables de type digestif (nausées, vomissements, diarrhée, œsophagite), mais aussi quelques augmentations des transaminases, anémies, hyperéosinophilies et rash. Chez 8 patients (22%), l’omadacycline a dû être arrêtée en raison de ces effets indésirables. Toutefois, 56% des patients étaient toujours sous traitement à la fin de l’analyse au 31 décembre 2021. De l’avis même des auteurs, l’omadacycline semble être une molécule prometteuse qui pourrait trouver une place rapide dans l’arsenal thérapeutique des infections à complexe Mycobacterium abscessus. Toutefois, ces données restent très préliminaires et devront impérativement être complétées dans les années à venir par des séries plus importantes.

François-Xavier Blanc, Université de Nantes; CHU de Nantes, l’institut du thorax, Hôpital G. et R. Laënnec, Service de Pneumologie; INSERM UMR 1087, CNRS UMR 6291, Nantes. 


D’après la communication de Mingora CM et al. One center’s experience with omadacycline for the treatment of Mycobacterium abscessus infections. Am J Respir Crit Care Med 2022;205:A3088.

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR