La toux chronique réfractaire ou inexpliquée (TOCRI) correspond à une toux chronique pour laquelle aucune cause n’est retrouvée. Elle représente un réel fardeau pour le patient car il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement spécifique commercialisé. La morphine à faible dose est parfois proposée de façon empirique mais les preuves d’efficacité dans la littérature sont modestes, alors que les effets indésirables sont réels.

Une équipe britannique a présenté une étude sur 100 patients majoritairement atteints de TOCRI (âge médian 60 ans, 70% de femmes) qui avaient bénéficié d’un traitement par morphine à faible dose (durée de prescription médiane 52 semaines). Une dose de morphine de 5 mg à libération prolongée avait été le plus souvent prescrite. Les auteurs rapportent une bonne réponse chez 45% des patients, et une réponse partielle chez 30% d’entre eux. Un quart de patients n’ont pas eu de bénéfice. Comme attendu, les effets indésirables, essentiellement la constipation, étaient fréquents (38%) mais gérables. En effet, un arrêt du traitement pour mauvaise tolérance n’a été observé que dans 15% des cas.

Ainsi, cette étude nous rassure sur l’utilisation de la morphine à faible dose dans la toux chronique réfractaire ou inexpliquée en attendant avec impatience des molécules plus spécifiques actuellement en cours de développement.   

Cindy Barnig, Service de pneumologie, Pôle Cœur-poumon, CHU de Besançon


D’après le poster “Real World Effectiveness and Tolerability of low-dose opiates for Refractory/Unexplained Chronic Cough (RCC/UCC) in a tertiary clinic” présenté par le Dr James Wingfield Digby; TP-10 in thematic poster – Session 67 “ Chronic cough, airway diseases and methods”

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR