Premières données de la cohorte RAMSES dans l’asthme sévère

Le benralizumab est un anti IL-5RA qui dispose d’une AMM dans le traitement de l’asthme sévère à éosinophiles. Il est commercialisé en France depuis janvier 2019. RAMSES est une cohorte française, observationnelle et multicentrique, spécifiquement dédiée aux patients asthmatiques sévères dont l’objectif est d’étudier les données d’utilisation en vie réelle des biothérapies. Elle a inclus des patients traités au moins 12 mois avant novembre 2021 qui ont remplis des questionnaires tous les 6 mois lors des visites. La cohorte RAMSES compte aujourd’hui plus de 2000 patients atteints d’asthme sévère.

Caractéristiques des patients la cohorte RAMSES

Dans la cohorte, 308 patients étaient déjà traités par benralizumab lors de leur inclusion, et 212 ont débuté le traitement. L’âge moyen était de 53,5 ans, et on comptait 58,5% de femmes. L’ancienneté du diagnostic d’asthme sévère était de 9,1 ans en moyenne avant l’inclusion. À l’initiation du benralizumab, 112 patients (52,8%) n’avaient jamais été traités par une biothérapie 1.

Données de suivi à 12 mois

Après 12 mois de traitement par benralizumab, les résultats montrent :

  • une réduction des exacerbations, visites aux urgences, et hospitalisations liées à l’asthme,
  • une amélioration du contrôle de l’asthme selon le score ACT,
  • une diminution de la dose journalière de corticoïdes oraux,
  • une amélioration de la fonction pulmonaire,
  • un impact positif sur des comorbidités liées à l’asthme telles que la polypose nasosinusienne et la rhinosinusite chronique.

En conclusion

Les premières données d’utilisation en vie réelle en France du benralizumab, obtenues grâce à la cohorte RAMSES, sont en faveur de l’efficacité à 1 an de traitement chez les patients atteints d’asthme sévère.

  1. Chenivesse C, Fabry-Vendrand C, Ayinde D, Thabut G, Bourdin A. Caractéristiques des patients initiant un traitement par benralizumab en France à partir des données de la cohorte d’asthme sévère RAMSES. Rev Malad Respir. 2023;15(1):74-75.
Retour en haut
SPLF-APP

GRATUIT
VOIR