Le blues des blouses blanches

ats2010-2

En réanimation, le syndrome de burn-out atteint une proportion importante de l’équipe soignante. Trop longtemps considéré comme « un prix à payer » par l’équipe pour son investissement, son existence a été négligée. Compte tenu de son impact délétère, maintenant bien démontré, la prévention du burn-out devrait être un objectif majeur de tout responsable d’équipe.

Le syndrome de burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel se définit par un épuisement physique, des sentiments d’impuissance et de désespoir, un émoussement de l’affect et par le développement d’attitudes négatives envers le travail, la vie et l’entourage. Son diagnostic repose sur l’utilisation d’un questionnaire. De récentes études ont révélé que l’incidence du syndrome de burn-out était élevée chez les professionnels de santé. En réanimation, on le retrouve ainsi chez 50 % des médecins et des internes et chez 33 % des infirmières. L’incidence de ce syndrome est donc probablement sous estimée. Outre son impact délétère sur l’absentéisme professionnel, le syndrome de burn-out est fortement associé à la présence d’idées suicidaires, lesquelles sont retrouvées chez 11 % des internes. Prévenir le burn-out doit donc être un objectif de tout responsable d’équipe, ce d’autant plus que la réduction de l’incidence du syndrome de burn-out s’accompagne d’une réduction de la prévalence des idées suicidaires chez les internes. Cette prévention pourrait reposer sur le contrôle de deux facteurs de risque majeurs du syndrome de burn-out : les conflits professionnels et la charge en soin.


Rédaction : Alexandre Demoule, service de pneumologie et réanimation médicale, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris. ATS session A4 — A critical crisis ? Adressing ICU staffing challenge.

L’auteur déclare ne pas avoir de conflit d’intérêt relatif à l’exposé présenté, mai 2010.
Source : American Thoracic Society International Conference, Louisiane, Nouvelle-Orléans, États-Unis 14-19 mai 2010. Le contenu de ces comptes rendus a été réalisé sous la seule responsabilité de leurs auteurs garants de l’objectivité des données et de leur présentation.

 

Retour au sommaire des Points forts de l’ATS