Pneumologie

Étude PELICAN, les patients parlent aux patients

L’observance de l’oxygénothérapie de longue durée (OLD) est souvent partielle dans la BPCO. L’objectif de ce travail était d’évaluer l’efficacité d’une prise en charge associant des documents éducatifs sur l’automanagement remis aux patients et un coaching téléphonique par la COPD InfoLine de la COPD Foundation.

Quatre cent quarante-quatre patients BPCO de 49 états des États-Unis bénéficiant d’une OLD ont été inclus et randomisés en trois groupes : (1) prise en charge (PEC) habituelle (n = 142), (2) PEC réactive avec information du patient sur la possibilité de contacter la COPD InfoLine (n = 148) et (3) PEC proactive avec cinq appels téléphoniques de la COPD InfoLine au cours des 90 jours de suivi (n = 154). Alors qu’il n’y avait pas de différence significative sur le temps moyen d’utilisation de l’OLD entre les trois groupes (moyenne 22-23 heures par jour), les pourcentages de patients ayant une observance supérieure à 17,7 heures par jour étaient de 74 %, 84 % et 70 % pour les trois groupes, respectivement, montrant paradoxalement une proportion significativement plus faible dans le groupe proactif comparé au groupe réactif sans différence significative avec le groupe PEC habituelle. Les symptômes dépressifs et de troubles du sommeil déclarés par les patients étaient significativement améliorés dans le groupe proactif. Il n’y avait pas de différence dans le recours aux soins aigus entre les groupes.

Dans le cadre de la prise en charge globale des patients atteints de BPCO, ils devraient être informés sur les associations de patients qui peuvent les accompagner s’ils le souhaitent.

Olivier Le Rouzic, service de pneumologie immunoallergologie, hôpital Albert Calmette, Lille

D’après la session  D13 – Improving diagnosis, care quality, and adherence in COPD (Mini Symposium)
Présentation : A6176 – Comparative effectiveness of a PEer-Led supplemental oxygen Infoline for patients and CAregivers (PELICAN).
Orateur : V. Prieto-Centurion (Chicago, États-Unis)

 

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Étude PELICAN, les patients parlent aux patients Lire la suite »

Éosinophile un jour, éosinophile toujours… Vraiment ?

Phénotyper l’asthme est à la mode. L’objectif principal de cette démarche est d’identifier les patients potentiellement répondeurs à certaines prises en charge. Le second est une question de recherche et vise à comprendre les mécanismes de l’hétérogénéité de l’inflammation bronchique. Néanmoins, la grande difficulté de cette recherche est la variabilité des profils inflammatoires au cours du temps

Deux études illustrent clairement cette instabilité de l’inflammation bronchique dans l’asthme. La première a été menée sur les patients recrutés dans l’étude américaine SARP-3. Les patients ont été classés trois fois (à l’inclusion, 1 an et 2 ans) en Th2 high si le FeNO était supérieur à 25ppb ou le taux d’éosinophiles dans l’expectoration inférieur à 2 % et en Th2 low s’ils ne répondaient à aucun des critères. S’ils étaient classés de façon identique pendant les 2 ans de suivi, ils étaient considérés comme Th2 low persistent ou Th2 high persistent. S’ils changeaient de classe durant le suivi, ils étaient considérés comme Th2 high intermittent. Trente-cinq pour cent des patients étaient intermittents, 38 % étaient Th2 high de façon stable et 27 % Th2 low de façon persistante.

Les patients Th2 high persistent avaient plus souvent des polypes, un VEMS plus bas et prenaient des doses plus élevées de corticoïdes oraux. Les patients Th2 low persistent avaient un IMC plus élevé, étaient plus souvent diabétiques et surtout avaient une moins bonne réponse aux corticoïdes, ce qui fait discuter l’intérêt de poursuivre — voire d’initier ­ — une corticothérapie chez les patients asthmatiques en l’absence de marqueurs d’inflammation Th2.

Dans la cohorte U-BIOPRED, le pattern inflammatoire était défini par l’analyse transcriptomique de l‘expectoration. Trente-huit patients ont eu deux analyses à 1 an d’écart, 45 % d’entre eux changeaient de classe entre deux mesures, passant le plus souvent d’un pattern éosinophile à un pattern neutrophile ou pauciinflammatoire.

Cette instabilité de l’inflammation, qui concerne 35 à 45 % des patients selon le critère retenu, reflète peut-être la variabilité de l’exposition des voies aériennes, les modifications du microbiome ou une évolutivité de l’asthme lui-même. Elle devrait probablement être mieux prise en compte dans le choix des traitements.

Camille Taillé, service de pneumologie et centre de référence-C des maladies pulmonaires rares, hôpital Bichat, Paris

D’après S. Pavlidis, poster A5957 – Longitudinal follow-up of sputum transcriptomic-associated clusters in asthma from the U-BIOPRED Cohort, session C101 – Asthma clinical and mechanistics studies
Et M. C. Peters, poster A2495 Longitudinal analysis of airway type-2 biomarkers in the severe asthma research program, session 101 – Mechanisms and clinical features of severe asthma

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Éosinophile un jour, éosinophile toujours… Vraiment ? Lire la suite »

Oxygénothérapie humidifiée à haut débit et confort respiratoire : attention à la température et au débit !

L’oxygénothérapie humidifiée à haut débit (OHD) est maintenant largement utilisée dans la prise en charge de l’insuffisance respiratoire aiguë (IRA) dans les services de réanimation. Outre son efficacité, cette technique apparait plus simple à mettre en œuvre et plus confortable pour les patients que la ventilation non invasive (VNI). Cependant, le réchauffement des gaz et les débits utilisés pourraient influencer le confort ressenti par les patients et donc leur observance au traitement par OHD

Une équipe italienne a ainsi réalisé une étude prospective randomisée en cross-over chez 40 patients présentant une IRA hypoxémique (PaO2/FiO2 < 300 mmHg), avec pour objectifs d’évaluer le confort respiratoire des patients au cours de l’OHD délivrée avec différents niveaux de débit (30 et 60L/mn) et de température (31 et 37°C). Le confort (échelle visuelle numérique de 1, très inconfortable, à 5, très confortable) et les paramètres respiratoires étaient évalués à la fin des 15 à 20 mn de chacune des quatre conditions expérimentales réalisées avec la même FiO2. Le confort respiratoire était rapporté comme d’autant meilleur que la température était la plus basse (31°C) et ce pour les deux débits étudiés (p < 0,0001). Un débit élevé (60l/mn) n’était pas associé à un moins bon confort. Dans le sous-groupe de patients les plus hypoxémiques (n = 16, FiO2 ≥ 45%), l’association d’un débit élevé (60l/mn) et d’une température basse (31°C) était retrouvée comme la plus confortable. Un débit important (60l/mn) permettait d’améliorer significativement l’oxygénation (p < 0,0001) alors que la température n’influençait pas les paramètres respiratoires.

Le niveau de température apparait donc pouvoir influencer le confort des patients sous OHD pour IRA hypoxémique : à débit égal, une température basse peut rendre la technique plus confortable, alors qu’un débit important ne semble améliorer le confort que chez les patients les plus sévèrement hypoxémiques. Ces données sont d’autant plus intéressantes et importantes à prendre en compte qu’il est classiquement recommandé de délivrer l’OHD à une température proche des conditions physiologiques de l’arbre respiratoire, soit plutôt 37°C… !

Christophe Girault, service de réanimation médicale, hôpital Charles Nicolle, CHU-hôpitaux de Rouen

D’après la communication de Mauri T., et al. Effects of temperature and flow on patients’ comfort during respiratory support by high-flow nasal cannula. Am J Respir Crit Care Med 2018; 197: A4584. Session C25.

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Oxygénothérapie humidifiée à haut débit et confort respiratoire : attention à la température et au débit ! Lire la suite »

Clopidogrel et geste pleural : des liaisons dangereuses ?

Deux équipes différentes ont rapporté leur propre expérience et réalisé une revue systématique de la littérature avec méta-analyse sur le risque potentiel hémorragique lors de gestes pleuraux avec une conclusion similaire pour notre pratique quotidienne.

Quand des gestes pleuraux (thoracocentèse, biopsies pleurales ou pose d’un drain) sont nécessaires chez des patients sous antiagrégants plaquettaires au long cours, le risque de saignement doit être mis en balance avec le risque de thrombose artérielle en cas d’interruption du traitement (5 à 7 jours avant le geste invasif). Dangers L., et coll. [ 1.Dangers L, Similowski T, Chenivesse C. Pleural procedures in patients treated by platelet aggregation inhibitors : An opinion survey. Rev Mal Respir 2016 Jan ; 33 (1) : 41-6.]  avaient montré lors d’une enquête auprès des pneumologues français en 2016 que quasiment tous n’arrêtaient pas systématiquement les antiagrégants plaquettaires pour une ponction pleurale ou une pose de drain, sans complications hémorragiques le plus souvent. Mais ils étaient beaucoup plus réticents pour les biopsies pleurales et surtout si le traitement était du clopidogrel plutôt que de l’aspirine. Cette crainte est-elle justifiée ? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre deux méta-analyses rapportées à l’ATS 2018.

Perl S., et coll.1  ont évalué le risque de saignement sous antiagrégant plaquettaire et/ou anticoagulant lors d’une thoracocentèse. Ce risque était quasiment nul dans leur expérience, de même que dans leur revue de la littérature avec une méta-analyse agrégeant ces résultats et les leurs avec un risque de 0,02 % de saignement sous clopidogrel. Shujaat A., et coll. 2  ont rapporté, par une revue de la littérature, le risque de saignement sous clopidogrel lors d’une thoracocentèse ou de la pose d’un petit drain pleural (< 20F) toutes guidées par échographie thoracique mais sans doppler. Un total de 178 gestes pleuraux était évalué dont 69 % de poses de très petits drains (6F-8F), chez des patients d’âge moyen 70 ans et un volume drainé d’environ 1 200 cc. Le risque hémorragique était marginal avec un seul épisode d’hémothorax non fatal (0,56 % des cas).

En conclusion, la réalisation d’une thoracocentèse ou de la pose d’un petit drain pleural semble à risque hémorragique infime sous clopidogrel. Cependant, la littérature étudiée était assez pauvre, incluant dans la deuxième étude des abstracts en congrès internationaux d’études non publiées, avec des méthodologies variables. De plus, aucune expérience de biopsies pleurales sous clopidogrel n’était rapportée donc méfiance pour ces gestes. Globalement, on continuera à discuter l’arrêt du clopidogrel, en dehors d’un contexte urgent, selon la balance bénéfices/risques du patient pour tout geste invasif pleural guidé par l’échographie hors thoracocentèse ou pose d’un (très) petit drain pleural. La réalisation d’un essai clinique randomisé est souhaitable pour clore le débat.

Arnaud Scherpereel, service de pneumologie et oncologie thoracique, CHU de Lille, Lille

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Clopidogrel et geste pleural : des liaisons dangereuses ? Lire la suite »

L’ACE, une aide au diagnostic de cancer avec épanchement pleural

De nos jours, les marqueurs tumoraux dans les épanchements pleuraux et leur valeur diagnostique sont sujets à débat. Malgré plusieurs études sur ce thème, aucune recommandation n’existe sur les marqueurs à rechercher ainsi que leurs valeurs limites.

Une équipe autrichienne s’est intéressée à l’ACE (antigène carcino-embryonnaire) dont le taux sérique représente un marqueur tumoral fréquemment dosé en routine clinique et dans les épanchements pleuraux avec une forte spécificité, mais une sensibilité très variable. Le but de cette étude était de déterminer un ratio entre le taux sanguin d’ACE et le taux pleural plutôt qu’un simple cut-off diagnostique. Deux cent deux patients consécutifs avec un épanchement pleural ont été inclus sur une période de 18 mois, et l’épanchement était considéré comme malin si des cellules tumorales étaient identifiées. Les prélèvements sanguins en vue du dosage de l’ACE par électrochimioluminescence étaient réalisés le même jour que la ponction pleurale.

Quatre-vingt-dix-huit patients avaient un épanchement pleural malin dont 83 avec un primitif pulmonaire (le reste étant représenté majoritairement par des cancers du sein ou de l’endomètre). Comparativement aux épanchements bénins, les taux sériques et pleuraux d’ACE dans les épanchements malins étaient significativement plus élevés (6,90 ng/ml vs 1,55 ng/ml et 35,0 ng/ml vs 0,90 ng/ml respectivement). Le ratio entre le taux sanguin d’ACE et le taux pleural était aussi significativement plus élevé dans les épanchements pleuraux malins (2,6 vs 0,6). La performance diagnostique de ce ratio biologique montrait une aire sous la courbe ROC de 0,902 avec une spécificité de 92 %, une sensibilité de 85 %, une valeur prédictive positive de 91 % et une valeur prédictive négative de 87 %.

La détermination simultanée du taux d’ACE dans le sang et dans le liquide pleural a une forte valeur diagnostique pour mettre en évidence le caractère malin d’un épanchement pleural. Mais il faut rester prudent en cas de négativité de ce ratio et se rapprocher de la clinique pour exclure formellement une atteinte pleurale métastatique.

Marion Ferreira, service de pneumologie, hôpital Bretonneau, CHRU de Tours

D’après le poster P107 : Ratio of Carcino-Embryonic-Antigen in serum an pleural fluid for the diagnosis of malignant pleural effusion. K. Hackner (Autriche) A4688

 

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

L’ACE, une aide au diagnostic de cancer avec épanchement pleural Lire la suite »

Échec et MAC : enfin de quoi espérer améliorer nos patients porteurs de mycobactéries résistantes au traitement standard…

Deux présentations originales apportent un réel espoir dans la prise en charge des mycobactérioses pulmonaires à M. avium complex (MAC) en échec après un traitement standard.

Une étude de phase II réalisée dans 19 sites d’Amérique du Nord avait montré en 2017 que l’adjonction d’amikacine liposomale nébulisée au traitement standard permettait d’obtenir 32 % de négativation des expectorations à J84 (Olivier K, AJRCCM 2017). L’étape suivante était donc logiquement de passer à un essai international de phase III dont les premiers résultats ont été présentés par David E. Griffith (Tyler, États-Unis). Parmi les 336 patients adultes non mucoviscidosiques inclus dans cette étude, 29 % ont négativé leurs expectorations à 6 mois dans le bras traitement standard + amikacine nébulisée contre seulement 8,9 % dans le bras traitement standard (p < 0,0001). Le profil de tolérance était globalement similaire entre les deux bras, avec tout de même nettement plus de dysphonie, toux et dyspnée durant le premier mois passé sous amikacine nébulisée, s’estompant ensuite.

Par ailleurs, Julie V. Philley (Tyler, États-Unis) a rapporté les résultats d’utilisation de la bédaquilline, nouvel antituberculeux développé principalement dans la tuberculose multirésistante, chez 9 patients atteints de mycobactérioses pulmonaires à MAC résistantes aux macrolides. Cette molécule était ajoutée au traitement habituel et a été donnée durant une moyenne de 15 mois. Parmi les 9 patients traités, 7 ont vu une diminution importante de la charge bacillaire dans leurs expectorations à 6 mois, tandis que 2 ont complètement négativé leurs cultures. Une amélioration des symptômes a été notée chez les 9 patients et peu d’effets indésirables ont été décrits, notamment par rapport à l’intervalle QT. De manière surprenante, les CMI retrouvées dans cette étude étaient extrêmement basses pour la bédaquilline, ce qui a suscité quelques interrogations dans l’assistance. On attend évidemment un peu plus de données sur cette question avant d’envisager un éventuel changement des pratiques actuelles. Mais ces deux nouvelles pistes thérapeutiques apportent de l’espoir pour les années à venir…

François-Xavier Blanc, service de pneumologie, l’institut du thorax, hôpital G. et R. Laënnec, Nantes

D’après la session C96 : advances in the management of pulmonary NTM disease.
E. Griffith, et al. Randomized Phase 3 Trial of Amikacin Liposome Inhalation Suspension (ALIS) for Treatment-Refractory Nontuberculous Mycobacterial (NTM) Lung Disease Caused by Mycobacterium Avium Complex (MAC) in Adult Patients. Am J Respir Crit Care Med 2018 ; 197 : A5915.
Philley, et al. Macrolide Resistant Mycobacterium Avium Complex Lung Disease Treated with Bedaquiline. Am J Respir Crit Care Med 2018 ; 197 : A5917.

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Échec et MAC : enfin de quoi espérer améliorer nos patients porteurs de mycobactéries résistantes au traitement standard… Lire la suite »

Découverte de nouveaux gènes dans l’HTAP

Les mutations du gène BMPR2 sont à l’origine de la plupart des formes héritables d’HTAP (hypertension artérielle pulmonaire). Stefan Gräf (Cambridge, Royaume-Uni) a présenté des résultats innovants dans le domaine de la génétique avec la découverte de trois nouveaux gènes impliqués dans les formes héritables d’HTAP.

 

Afin d’identifier de nouveaux gènes impliqués dans le développement de l’HTAP, les génomes complets de 1 038 patients atteints d’HTAP (idiopathiques, héritables ou associées à la prise d’anorexigènes) et 6 385 cas contrôles (non atteints d’HTAP) ont été séquencés. Trois nouveaux gènes prédisposant au développement d’une HTAP ont été identifiés : ATP13A3, AQP1, SOX17. Les auteurs ont également confirmé la présence des mutations déjà connues telles que BMPR2, TBX4, ENG, ACVRL1, SMAD9 ou encore KCNK3, et ont confirmé le rôle joué par GDF2 dans le développement de l’HTAP.

Afin d’apporter une validation externe à cette découverte, ces gènes ont ensuite été recherchés spécifiquement dans une cohorte multicentrique américaine et canadienne regroupant 2 850 patients atteints d’HTAP, et une seconde cohorte européenne de 1 633 patients et de 12 927 sujets contrôles. La présence d’une mutation sur le gène SOX17 multipliait par 7,7 le risque de présenter une HTAP (p = 0,03).

Ces découvertes majeures dans le domaine de la génétique ont été publiées le mois dernier dans Nature Communications et pourraient permettre le développement de nouvelles cibles thérapeutiques dans l’HTAP.

Athénaïs Boucly, service de pneumologie et soins intensifs thoraciques, hôpital de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre

D’après la présentation A2732 Novel causative genes for heritable PAH, session B19
Article : Gräf S. Nat Commun 2018 Apr 12 ; 9 (1) : 1416.

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Découverte de nouveaux gènes dans l’HTAP Lire la suite »

Fibrose pulmonaire idiopathique : et les PROMS ?

La qualité de vie est altérée au cours de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) en rapport avec la diminution de la fonction respiratoire. Les « critères d’évaluations rapportés par le patient » répondent à l’acronyme de PROMS en anglais pour Patients Related Outcome MeasureS largement utilisé dans de nombreuses publications concernant la FPI.

De grands essais randomisés ont montré que les traitements antifibrosants (pirfénidone et nintédanib) permettent de ralentir le déclin de la capacité fonctionnelle respiratoire. Cependant, en l’absence de traitement curatif, l’amélioration des symptômes et de la qualité de vie qualité de vie sont également des enjeux cliniques importants, en particulier lors du suivi des patients sous traitement.

E.S. White (Ann Arbor, États-Unis) a rapporté les données rétrospectives de qualité de vie de 43 patients inclus dans une cohorte de suivi semestriel. Lors de ce suivi des scores de qualité de vie et de mesure des symptômes respiratoires ont été réalisés (SF 36 et Questionnaire de Saint George). L’anxiété et les signes de dépression ont également été évalués par des questionnaires dédiés.

À chaque visite, les patients étaient stratifiés en fonction du traitement. Les auteurs comparent trois groupes en fonction du traitement en cours (pirfénidone n = 22, nintédanib n = 13, pas de traitement n = 28). La fonction respiratoire et le test de marche de six minutes à l’inclusion sont comparables dans les trois groupes.

Chez les patients traités par pirfénidone les scores SF 36 et de Saint George sont plus altérés que chez les patients non traités (SF-36 p = 0,002) and UCSD SOBQ (p = 0,07). Il existe également une tendance à la diminution des scores de qualité de vie si on compare l’ensemble des patients traités à ceux ne recevant pas d’antifibrosant. Le score SF 36 a tendance à être également plus bas chez les patients recevant du nintédanib par rapport au groupe non traité. Les scores d’anxiété et de dépression ne sont pas différents dans les trois groupes.

Cette étude rétrospective est imparfaite en raison de données manquantes ne permettant pas d’évaluer l’évolution de ces scores en fonction du traitement. Par ailleurs, une analyse plus fine des différents domaines des scores aiderait à analyser les raisons de l’altération de la qualité de vie. Cependant, elle souligne l’importance de prendre en compte également les critères d’évaluation rapportés par le patient pour guider la prise en charge thérapeutique.

Diane Bouvry, service de pneumologie, hôpital Avicenne, Bobigny

D’après la session B103/PA4261 White ES (Ann Arbor, États-Unis), Anti-Fibrotic Therapy and Patient Reported Outcomes in Idiopathic Pulmonary Fibrosis.

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Fibrose pulmonaire idiopathique : et les PROMS ? Lire la suite »

Télésuivi : quand la technique va plus vite que la médecine !

Diagnostiquer rapidement une exacerbation de BPCO (EA-BPCO) est un challenge quotidien pour le pneumologue et le patient. Cela permet de diminuer le nombre et la durée des hospitalisations, et ainsi la morbidité de chaque évènement. Les techniques de télémédecine ou de télésuivi pourraient aider.

C’est ainsi qu’une équipe de Boston a présenté ce matin un programme de télémédecine avec un capteur biométrique permettant l’enregistrement de paramètres respiratoires comme la fréquence respiratoire (FR), la variabilité de la FR (FR-V), le rapport inspiration/expiration (I/E), et sa variabilité (I/E – V) ainsi que le temps de repos. Cinquante patients atteints de BPCO (principalement stade III, n = 22 [44 %] et IV, n = 16 [32 %]) ont été équipés de tels capteurs (posés à proximité d’eux durant la nuit, enregistrant les paramètres précédents par l’intermédiaire d’ondes basse fréquence) pendant 12 semaines. Les différents paramètres ont été regardés le jour de l’EA, à J -1 et J -2.

Un nombre total de 452 EA tous patients confondus a pu être obtenu. Sans grande surprise, le jour de l’EA, on constate une modification significative de la FR et du I/E, ainsi qu’une plus grande variabilité de ces éléments. De façon plus intéressante, la FR et le I/E sont significativement différents deux jours avant l’EA et le temps de repos la veille. Cela est encore sensibilisé par un questionnaire quotidien spécifique de l’EA (COPD Co-Pilot™).

Ces résultats sont à rapprocher de résultats préliminaires sur le télémonitoring en VNI montrant une augmentation significative de la FR dans les cinq jours précédant une EA (Borel JC, et al. Thorax 2015).

Le télésuivi de différents paramètres de santé se développe de façon intéressante. Il reste maintenant de nombreuses études à faire afin d’en déterminer la place réelle, la faisabilité « dans la vraie vie » (adhérence des patients, gestion les alertes…) et l’impact réel sur les prescriptions et les hospitalisations.

Sandrine Pontier, service de pneumologie et unité des soins intensifs, clinique des voies respiratoires, CHU Larrey, Toulouse

D’après la session C24 : New technologies for managing COPD Duffy, et al. Am J Respir Crit Care Med 2018 ; 197 : A4552 So, et al. Am J Respir Crit Care Med 2018 ; 197 : A4550

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Télésuivi : quand la technique va plus vite que la médecine ! Lire la suite »

Télésurveillance et BPCO : is Big Brother helping you ?

En 2014 étaient publiés les résultats de l’étude monocentrique contrôlée PROMETE ayant inclus 60 patients atteints de BPCO sévères sous oxygénothérapie de longue durée (30 patients dans le groupe télésurveillance contre 30 dans le groupe contrôle).1
Le groupe sous télésurveillance présentait après sept mois de suivi, une réduction significative du nombre de passages aux urgences (20 vs 57), des hospitalisations (12 vs 33), du nombre total de jours passés en hospitalisation (150 vs 276) et du recours à la VNI (0 vs 8), associée à une augmentation du temps jusqu’à la première exacerbation sévère (141 jours vs 77). L’étude PROMETE 2, publiée dans l’ERJ 2 et présentée à l’ATS, avait pour objectif de confirmer ces résultats à plus grande échelle.

Il s’agit d’une étude randomisée et contrôlée impliquant cinq hôpitaux de Madrid ayant duré 12 mois. Les critères d’inclusions étaient comparables à l’étude PROMETE hormis l’adjonction d’un critère supplémentaire qui était la nécessité d’avoir eu au moins deux exacerbations dans l’année dont la dernière devait dater de plus de six semaines pour inclure le patient. Cent quinze patients ont été randomisés dans le groupe télésurveillance et 114 dans le groupe contrôle. La télésurveillance comprenait la mesure quotidienne de la pression artérielle, la saturation en oxygène, la fréquence cardiaque et du débit expiratoire de pointe. Les résultats sont négatifs avec une absence de différence sur le nombre de consultations aux urgences ou d’hospitalisations et une tendance à la réduction non statistiquement significative de la durée moyenne des hospitalisations (18,9 jours vs 22,4) et des séjours en soins intensifs (6 jours vs 13,3). La comparaison des bénéfices en termes de coûts est en cours (coût annuel : 0,5 million d’euros). Les raisons évoquées de la discordance des résultats sont la perte : de l’expertise (pneumologue dans PROMETE vs infirmières dans PROMETE 2), des liens existants entre les soignants de la plateforme et les médecins de première ligne, et de la permanence des soins (plateforme accessible uniquement aux heures ouvrables dans PROMETE 2).

Ces résultats illustrent la complexité de la mise en place et de la généralisation de la télésurveillance dans la BPCO.

Olivier Le Rouzic, service de pneumologie immunoallergologie, hôpital Albert Calmette, Lille

D’après la session : C24 – New technologies for managing COPD (Poster Discussion Session)
Présentation : A4546 – Efficacy and costs of telehealth for the management of COPD : a multicenter, randomized controlled trial.
Orateur : J.-B. Soriano (Madrid, Espagne)

[hr] [themify_button bgcolor=”purple” size=”large” link=”https://splf.fr/ats-2018-en-direct-de-san-diego/”]Retour au sommaire[/themify_button]

 

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2018

Télésurveillance et BPCO : is Big Brother helping you ? Lire la suite »

Retour en haut
SPLF-APP

GRATUIT
VOIR