bronches

Jeudis de la SPLF – Programme 2020

>>> S’abonner au Calendrier des évènements de la SPLF 2020

 
16 Janvier 2020
L’EFR des maladies obstructives : au-delà du VEMS (Bruno Degano et Gilles Garcia)
[hr] 13 Février 2020
 Le diagnostic des nodules pulmonaires périphériques (Samy Lachkar)
[hr] 12 Mars 2020
Maladies hépatiques et poumons (syndrome hépato-pulmonaire et hypertension portale) (Laurent Savale)
[hr] 9 Avril 2020

La nébulisation… un risque de contamination : en pleine épidémie du coronavirus (Grégory Reychler)
[hr] 14 Mai 2020
Réduire la consommation de corticoïdes oraux dans l’asthme sévère: un objectif ultime ? (Arnaud Bourdin)
[hr] 11 Juin 2020
Actualités dans l’embolie pulmonaire : quoi de neuf dans les nouvelles recommandations ? (Olivier Sanchez)
[hr] 10 Septembre 2020
Identifier le phénotype allergique d’asthme pour une médecine personnalisée : quelle stratégie pour quel patient ? (Antoine Magnan)
[hr] 8 Octobre 2020
Santé respiratoire de la femme (Chantal Raherison)
[hr] 12 Novembre 2020
Les atteintes broncho-pulmonaire chroniques à Aspergillus (Cendrine Godet)
[hr] 10 Décembre 2020
Fibrose pulmonaire idiopathique ou non : évaluer et prendre en charge la progression de la maladie (Vincent Cottin)
Maj 19/12/2019

Jeudis de la SPLF – Programme 2019

17 Janvier 2019
 Impact de la distension thoracique du BPCO sur la fonction cardiaque Bouchra Lamia 

[hr]

14 Février 2019
HTP associée à la BPCO: qui dépister et traiter ? David Montani 

[hr]

14 Mars 2019
 Les biothérapies dans l’asthme sévère – comment choisir ? Cécile Chenivesse 

[hr]

11 Avril 2019
Infections tuberculeuses latentes Philippe Fraisse 

[hr]

16 Mai 2019
Asthme de la femme Maeva. Zysman 

[hr]

13 Juin 2019
 Prise en charge palliative des pleurésies néoplasiques Arnaud Scherpereel 

[hr]

12 Septembre 2019
Réentrainement des muscles inspiratoires chez l’insuffisant respiratoire Marc Beaumont 

[hr]

10 Octobre 2019
Diagnostic et prise en charge des HTP post-emboliques chroniques Xavier Jaïs 

[hr]

14 Novembre 2019
Indications de la VNI dans la BPCO en 2019 Jesus Gonzalez 

[hr]

12 Décembre 2019
Quel nébulisateur pour quel médicament ? Laurent Vecellio 

Maj 13/12/2018

Jeudis de la SPLF – Programme 2018

Programme

11 Janvier : Prise en charge respiratoire des patients atteints de SLA , Marjolaine GEORGES

15 Février : Syndrome d’hyperventilation : savoir le diagnostiquer et le prendre en charge, Cécile CHENIVESSE

15 Mars : Médecine personnalisée dans les apnées obstructives du sommeil , Fréderic GAGNADOUX

12 Avril : Dilatations de bronches : le point en 2018, Marlène MURRIS

17 Mai : Urgence et asthme, Camille TAILLE

14 Juin : Traitements pharmacologiques de la BPCO : les évolutions Maeva ZYSMAN

13 Septembre : Réhabilitation respiratoire et pathologie interstitielle, Benoit WALLAERT

11 Octobre : L’évolution des valeurs de référence pour la spirométrie : le système GLI2012, Laurent PLANTIER

15 Novembre : La pollution crée-t-elle des BPCO ? Chantal RAHERISON

13 Décembre : L’antibiothérapie inhalée, Stephan EHRMANN, Tours

 


L’azithromycine est efficace dans les dilatations de bronches hors mucoviscidose

Wong (Auckland, Nouvelle-Zélande) a présenté les résultats de l’étude multicentrique EMBRACE qui incluait des patients adultes ayant présenté au moins une exacerbation dans l’année précédente. Les patients étaient traités six mois (azithromycine, 500 mg 3 fois par semaine, pendant 6 mois vs placebo). Les critères de jugement principaux étaient le nombre d’exacerbations, la qualité de vie (questionnaire de Saint-George) et le VEMS à six mois et à un an. Les critères secondaires étaient le temps avant la première exacerbation, le test de marche, le taux de CRP, la NFS et la cellularité de l’expectoration, les effets indésirables. Soixante et onze patients ont été inclus dans le groupe azithromycine et 70 patients dans le groupe placebo. Le taux d’exacerbations était diminué à 0,38 à six mois et 0,58 à un an (p < 0,001). Il n’y avait pas d’amélioration significative sur le VEMS et la qualité de vie (amélioration sur le score de symptômes). Le temps avant la première exacerbation était allongé (239 jours vs 85 jours ; p < 0,001). Le taux de CRP et le nombre de neutrophiles sanguins étaient significativement diminués à six mois. Dix-neuf patients ont présenté des effets secondaires gastro-intestinaux dans le groupe azithromycine.

Boersma (Alkmaar, Pays-Bas) a présenté les résultats de l’étude multicentrique BAT qui incluait des patients adultes ayant présenté au moins trois exacerbations l’année précédente. Les patients recevaient l’azithromycine (250 mg/j) ou un placebo pendant un an. Les critères de jugement étaient le score de qualité de vie (Saint-George), une échelle visuelle de symptômes, à six mois, un an et trois mois après l’arrêt du traitement. Quarante-cinq patients étaient inclus dans le groupe azithromycine, 44 patients dans le groupe placebo. La qualité de vie et les symptômes étaient améliorés significativement à six mois et à un an et se re-détérioraient à trois mois de l’arrêt du traitement.

En conclusion, ces deux études vs placebo sont en faveur d’un bénéfice clinique de l’azithromycine dans la dilatation des bronches hors mucoviscidose. La problématique de la toxicité à long terme du traitement, notamment auditive n’était pas évaluée et reste à déterminer.

 

 

 

 

 

 

[hr]

Émilie Catherinot, d’après les communications de Wong (A3657) et Boersma (A3658).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

[hr] [themify_button style=”blue  rounded” color=”#0080FF” link=”https://splf.fr/les-points-forts/en-direct-de-lats-2012/” text=”#1B0A2A” ]Retour au sommaire[/themify_button]

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2012

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR