réhabilitation respiratoire

DIU Réhabilitation respiratoire

Diplôme Inter-Universités Réhabilitation Respiratoire du grand ouest

Présentation
Les maladies respiratoires sont en constante augmentation dans le monde, notamment liées au tabac.
La réhabilitation respiratoire permet de limiter le poids du handicap à travers l’acquisition de savoir-faire et savoir être du patient vis à vis de sa maladie.
Cette formation vise à acquérir les connaissances et les compétences nécessaires à la mise en oeuvre d’un programme de soins interdisciplinaires permettant d’aborder les différents aspects de la maladie chronique et du handicap, et répondant de façon individualisée afin d’en optimiser les bénéfices et l’impact sanitaire.
Objectifs

>> Concevoir, mettre en oeuvre et évaluer un programme de réhabilitation respiratoire individualisé (sciences de l’éducation thérapeutique du patient et sciences du réentrainement)
>> Participer à la prévention primaire, secondaire et tertiaire de l’insuffisance respiratoire
>> Rapporter les causes du handicap d’origine respiratoire et les outils de mesure du handicap et du déconditionnement physique associé

Public
>>Médecins                                                                           >> Masseurs-kinésithérapeutes
>> Diététiciens                                                                 >> Techniciens de laboratoire médical et biomédical
>> Ergothérapeutes                                                          >> Infirmiers
>> Éducateurs en éducation                                              >> Entraineurs sportifs physique adaptée
 
Conditions d’admission
>> Être titulaire ou en cours d’obtention d’un Diplôme d’État de docteur en médecine
>> Être titulaire d’un Diplôme d’État d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, d’ergothérapeute, de technicien de laboratoire médical et bio-médical
>> Être titulaire d’une Licence STAPS APAS (Activité Physique Adaptée et Santé)
>> Être titulaire d’un BTS diététique
Et
>> Être impliqué dans la prise en charge de maladies respiratoires.
Validation
Un diplôme universitaire sera délivré après validation des épreuves suivantes :
>> Examen écrit
>> Rédaction et soutenance d’un mémoire
 Programme

Coordinateurs Pédagogiques 
Responsable pédagogique (Nantes) :
Dr Arnaud CHAMBELLAN – Maître de conférences, Université de Nantes – Praticien Hospitalier, Explorations fonctionnelles, CHU de Nantes. 
Coordinateur pédagogique (Tours)
Pr Laurent PLANTIER – Professeur des universités, Université de Tours – Praticien Hospitalier, Explorations Fonctionnelles Respiratoires, CHU de Tours
Organisation
[themify_col grid=”2-1 first”] 6 sessions de 3 jours (125 heures)
(mercredi, jeudi et vendredi)
Stage pratique (30 heures)
Soit 155 heures au total
Groupe de 18 personnes maximum
[/themify_col] [themify_col grid=”2-1″] Lieux de formation :
Module1 : Rennes
Module 2 : Nantes
Module 3 : Angers
Module 4 : Le Guervenan Morlaix
Module 5 : Poitiers
Module 6 : Tours
[/themify_col] Formation d’octobre 2020 à mai 2021 – soutenance du mémoire en septembre 2021
Renseignement et inscription

pascale.poree@chu-nantes.fr
Tarifs
– Interne et étudiant en formation initiale : 800 € droits annuels d’inscription à l’université compris
– Professionnel et demandeur d’emploi en formation continue : 1600 € droits annuels d’inscription à l’université compris
 

Avant la chirurgie, passage obligatoire par la réhabilitation respiratoire ?


La résection chirurgicale est le traitement de référence des formes localisées de carcinome bronchopulmonaire. Toutes procédures confondues, jusqu’à 15 % de patients présentent des complications respiratoires postopératoires qui prolongent la durée de séjour, y compris en unité de soins intensifs, augmentent le nombre de réadmissions à l’hôpital et réduisent la survie. Or la capacité d’exercice est un facteur prédictif indépendant du risque de complications respiratoires postopératoires.

L’efficacité de la réhabilitation respiratoire n’est pas encore fermement établie dans cette indication.

Les auteurs australiens de ce poster ont réalisé une méta-analyse des quatre derniers essais randomisés publiés (Benzo 2011, Pehlivan 2011, Morano 2013, Lai 2017). Elle poole ainsi les données de 167 patients. Ils ont par contre bénéficié de programmes de réhabilitation différents ce qui pourrait induire un biais.

Le bénéfice de la réhabilitation respiratoire préopératoire est extrêmement net :

– L’odds ratio du risque de complications respiratoires postopératoires après réhabilitation respiratoire est de 0,33 [0,17-0,61]. La réhabilitation respiratoire réduit de 67 % le risque de complications respiratoires postopératoires. Il faut 4 patients réhabilités pour éviter une complication.

– La durée d’utilisation du cathéter intercostal est réduite de 3,3 [1,3-5,3] jours.

– La durée d’hospitalisation des patients ayant bénéficié d’une réhabilitation respiratoire est également significativement inférieure de 4,2 [3,1-5,4] jours.

Ces résultats très positifs devraient inviter les praticiens à commencer une réhabilitation respiratoire avant la résection chirurgicale qui pourrait se poursuivre après. Les délais que cela impose doivent faire réfléchir à des programmes novateurs de réhabilitation respiratoire pour augmenter les capacités de prise en charge, par exemple à domicile, en salle de sport ou encore en salle municipale. Il faut malgré tout souligner qu’en peropératoire, l’efficacité de la réhabilitation respiratoire a été démontrée avec des programmes proposant un haut niveau d’encadrement et d’exercice.

[hr]

Marjolaine Georges, CHU Dijon Bourgogne, Dijon

D’après Granger CL AJRCCM 195 : A 4281
Session B 74 Pulmonary rehabilitation for non-COPD diagnoses

[hr]

[themify_button style=”purple  rounded” color=”#79143d” link=”https://splf.fr/ats-2017-en-direct/” text=”#79143d” ]Retour au sommaire[/themify_button]

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2017

Place de la VNI en post exacerbation immédiate

A35–EA BPCO : reconditionnement et réhabilitation précoces (GROUPE ALVEOLE)

Place de la VNI en post exacerbation immédiate. 

Frédéric Costes (Clermont Ferrand)

[themify_icon icon=”fa-exclamation-triangle” label=”la vidéo peut mettre quelques dizaines de secondes avant d’apparaître” icon_color=”#F60A0A” ]

[themify_button style=”large red” link=”https://splf.fr/videoconferences-cplf-2017/” ]SOMMAIRE[/themify_button]

Mobilisation précoce du patient en exacerbation et modalités

A35–EA BPCO : reconditionnement et réhabilitation précoces (GROUPE ALVEOLE)

Mobilisation précoce du patient en exacerbation et modalités.

Pierre Grandet (Bordeaux)

[themify_icon icon=”fa-exclamation-triangle” label=”la vidéo peut mettre quelques dizaines de secondes avant d’apparaître” icon_color=”#F60A0A” ]

[themify_button style=”large red” link=”https://splf.fr/videoconferences-cplf-2017/” ]SOMMAIRE[/themify_button]

Réhabilitation respiratoire en post exacerbation aigue : indications et résultats

A35–EA BPCO : reconditionnement et réhabilitation précoces (GROUPE ALVEOLE)

Réhabilitation respiratoire en post exacerbation aigue : indications et résultats

Grégory Reychler (Bruxelles)

[themify_icon icon=”fa-exclamation-triangle” label=”la vidéo peut mettre quelques dizaines de secondes avant d’apparaître” icon_color=”#F60A0A” ]

[themify_button style=”large red” link=”https://splf.fr/videoconferences-cplf-2017/” ]SOMMAIRE[/themify_button]

DIU Réhabilitation respiratoire

Diplôme Inter-Universités Réhabilitation Respiratoire du grand ouest

Présentation

Cette formation interdisciplinaire est ouverte aux professionnels de santé salariés et libéraux . Elle permet de répondre à un besoin de santé publique qui justifie le développement d’un enseignement spécifique dans le cadre universitaire. L’objectif de ce DIU est d’intégrer la pratique de la réhabilitation respiratoire en établissement de santé, en cabinet libéral ou à domicile, mais également auprès de l’industrie pharmaceutique, les comités scientifiques ou de pilotage de réseaux de réhabilitation respiratoire.

Objectifs

Acquérir les connaissances et les compétences nécessaires à la mise en oeuvre et à l’évolution des différentes composantes d’un programme de réhabilitation respiratoire.
• Comprendre les causes du handicap d’origine respiratoire
• Comprendre et utiliser les moyens d’évaluation validés en réhabilitation respiratoire
• Concevoir, mettre en œuvre et évaluer un programme de réhabilitation respiratoire individualisé
• Agir au sein d’un réseau de santé
• Participer à la prévention primaire, secondaire et tertiaire de l’insuffisance respiratoire
• Participer à l’éducation thérapeutique des patients atteints de pathologie respiratoire

Public

Médecins, kinésithérapeutes, infirmier(e)s, ergothérapeutes, intervenants STAPS, diététicien(ne)s et technicien(ne)s de laboratoire et bio-médicaux, professeurs d’APA impliqués dans la prise en charge de malades respiratoires.

Conditions d’admission

·     Professionnels titulaires d’un diplôme de médecine ou titulaires d’un diplôme d’état Bac + 2 à Bac + 5.

L’ensemble des candidatures (information administrative, CV et lettre de motivation) sont à réaliser sur le site de l’Université coordinatrice. Pour les années universitaires 2017/2018 et 2018/2019, il s’agit de l’Université de Brest : www.univ-brest.fr/inscriptionfc

Nombre de stagiaire maximum : 18 personnes

La sélection prend en compte la date de dépôt complet des dossiers. Après sélection de la commission de coordination, les dossiers validés sont transmis aux secrétariats des universités concernées.

Validation

Contrôle des connaissances sur l’ensemble des enseignements. Rédaction d’un mémoire et soutenance devant un jury.

 Programme

Formation de octobre 2017 à avril 2018 – soutenance du mémoire en septembre 2018

6 sessions de 3 jours (125 heures) (mercredi, jeudi et vendredi)  + Stage pratique  (30 heures) = 155 heures au total

Lieux de formation :

Module1 : Rennes
Module 2 : Nantes
Module 3 : Angers
Module 4 : Le Guervenan Morlaix
Module 5 : Poitiers
Module 6 : Tours

>>>Voir le programme 2017-2018

 

Coordinateurs Pédagogiques Année 2017-2018

Responsable pédagogique (Brest) :

Pr Christophe Leroyer, Professeur à l’université de Brest, praticien hospitalier au CHU de Brest.

Co-responsable (Brest) :

Marc Beaumont, centre de réhabilitation du Guervenan

Responsables Pédagogiques

RENNES : B DESRUES et S GUILLOT
TOURS : L PLANTIER et B SELLERON,
NANTES : A CHAMBELLAN et A VINCENT
ANGERS : H OUKSEL et N MESLIER,
POITIERS : F CARON et JC MEURICE

Renseignement et inscription

[themify_box style=”contact orange rounded” ]Anita Dutoit [/themify_box]

anita.dutoit@univ-brest.fr

[themify_box style=”contact orange rounded” ]Christophe Leroyer[/themify_box]

Tarifs 2017/2018 (à titre indicatif)

Formation continue (prise en charge individuelle ou employeur) : 1780 € (droits annuels d’inscription inclus)

Formation initiale (interne) : 550 €  (droits annuels d’inscription inclus)

[themify_box style=”orange info rounded” ]Télécharger la fiche [/themify_box]

 

BPCO : « move your body » !

La réhabilitation respiratoire est un des éléments fondamental du traitement de la BPCO. Martijn Spruit (Pays-Bas) l’a rappelé, aujourd’hui, en faisant une revue complète de la littérature de l’année passée.

Il est intéressant de voir que l’amélioration de la qualité de vie et de l’activité rapportée par nos patients est sous-tendue par une modification substantielle du muscle, avec diminution des fibres IIb et augmentation du ratio capillaires/fibres dans les biopsies. Ces éléments sont retrouvés quel que soit le stade de BPCO et permettent d’appuyer l’intérêt de ce traitement dès le stade II de la maladie jusqu’au stade IV [1]

De même, une étude Cochrane [2] a rassemblé les données de neuf travaux randomisés et contrôlés montrant que la réhabilitation respiratoire est non seulement faisable pendant ou immédiatement au décours d’une exacerbation de BPCO, mais aussi qu’elle est efficace, puisqu’elle permet de diminuer significativement les hospitalisations et la mortalité et d’améliorer la qualité de vie.

Le maintien de l’activité physique au long cours reste un challenge avec pour le moment des barrières multiples et difficiles à identifier, surtout chez les patients les plus sévères [3].

 

[1] Vogiatzis, et al. Chest 2011.

[2] Puhan, et al. Cochrane DatabaseSystRev. 2011

[3] Soicher, et al. Eur Respir J 2012

 

 

 

 

[hr]

Sandrine Pontier d’après une communication de Martijn Spruit, Pays-Bas

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

[hr]

[themify_button style=”blue  rounded” color=”#0080FF” link=”https://splf.fr/les-points-forts/en-direct-de-lats-2012/” text=”#1B0A2A” ]Retour au sommaire[/themify_button]

© iSPLF – Mission ATS – MAI 2012

Retour haut de page
SPLF-APPLI

GRATUIT
VOIR